Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 juin 2013

GARE DE PAS DES LANCIERS. LA FERMETURE DU GUICHET REPOUSSEE.

IMG_0266.JPG

Il y avait du monde jeudi soir dans la salle du conseil municipal de Vitrolles, lors de la réunion du comité de ligne associant la région PACA représentée par Jean Yves Petit, vice président chargé des transports et de Philippe Bru, directeur réginonal SNCF. Mis à part les élus de Vitrolles présents, j'étais seul en tant qu'élu des villes représentées, à assister à cette séance, représentant la municipalité de Gignac La Nerthe.

Beaucoup de questions ont fusé, dont les inévitables sur les horaires de train, la suppression de certains trains TER, les charges que l'Etat laisse de plus en plus supportées par les régions, etc...

Accompagnant une délégation du collectif des usagers du rail de la gare de Pas des Lanciers, ceux-ci attendaient impatiemment que la parole leur soit donnée. Ainsi Mariline Usséglio, gignacaise et une de ses collègues de St Victoret, exposaient clairement les problèmes que ceux-ci rencontraient: parking, horaires, liaison avec les bus du SMITEEB, ainsi que la question fatidique de la prévision de la fermeture du guichet de la gare, déposant en même temps quelques 300 pétitions.

Interpellant le directeur de la SNCF, ainsi que le vice-président du conseil régional, j'ai soutenu au nom du maire de Gignac, le collectif des usagers dans leurs demandes et me suis opposé à le fermeture de ce service public indispensable aux usagers jeunes et moins jeunes. J'ai notamment insisté au travers des bus du SMITEEB, sur notre volonté de favoriser l'utilisation de cette gare, une réorganisation des bus en septembre renforçant ce trajet via Gignac.

J'ai en même temps proposé la mise à disposition de notre salle municipale aux deux collectivités afin de recevoir le collectif des usagers pour qu'une concertation trés large se tienne.

En réponse à mes propositions, le vice-président M. Petit s'est dit tout à fait favorable, ainsi que le directeur de la SNCF qui nous a confirmé son intention de ne pas fermer ce guichet d'ici DECEMBRE 2013.

Quand on saura que selon le représentant cheminot CGT présent, la fermeture était envisagée dés l'été, on appréciera à sa juste valeur ce recul et nouveau succés enregistré grâce à la mobilisation du collectif des usagers et au soutien de notre municipalité, par ma présence permanente aux côtés des usagers de la gare.

Alain CROCE

Conseiller municipal de Gignac La Nerthe

Conseiller communautaire MPM

Délégué au SMITEEB

10:21 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

13 juin 2013

MENACES DE FERMETURE DU GUICHET DE LA GARE DE PAS DES LANCIERS.

IMG_0262.JPG

Une nouvelle initiative a eu lieu qui a associé les usagers du rail de la gare de Pas des Lanciers avec les représentants cheminots CGT. Ce sont des centaines de voyageurs qui utilisent le TER pour se rendre à leur travail et en revenir. Cette gare est trés fréquentée, puisque en quelques heures, ce sont plusieurs centaines d'usagers du rail qui ont signé les pétitions présentées. Il y avait déjà eu une initiative à laquelle j'avais  participé en tant qu'élu gignacais et de MPM. La SNCF semble ne pas vouloir entendre raison et poursuit sur ses intentions de fermeture. Nous en saurons plus ce soir, puisqu'à Vitrolles doit se tenir en mairie un comité de ligne SNCF. Je serai encore présent au côté des représentants des usagers et des syndicalistes pour faire entendre notre mécontement si la fermeure des guichets était confirmée.

Nous sommes dans une logique mercantile où le service public devient "une dépense" inacceptable pour la logique marchande d'un "marché ou la concurence doit être libre et non faussée" (traité européen). Un projet de loi doit être présenté avant l'été sur une réforme ferroviaire, elle ne rassure pas sur les objectifs assignés. A contrario, les usagers et les organisations syndicales défendent une logique de service public en réponse au besoin des populations. C'est d'un choix de société dont il s'agit. Pour ma part je reste dans une logique de service public modernisé et rénové répondant aux besoins nouveaux du XXI ème siècle.

Alain CROCE

Conseiller municipal de Gignac La Nerthe

Conseiller communautaire MPM.

IMG_0263.JPG              IMG_0266.JPG

IMG_0264.JPG

16:14 Écrit par poutargue dans localité | Commentaires (1) | Lien permanent |  Facebook |

01 juin 2013

Loi de décentralisation : « Pas de réforme de la démocratie sans démocratie »

 

 

Manif élus devant le Sénat le 30 mai 2013 (800x534).jpg


Le gouvernement assume devant le parlement une volonté de passage en force pour imposer son projet de casse de la démocratie locale, malgré les fortes résistances qui s’expriment dans tous les territoires.

Alors que commençait l’examen de ce texte, de nombreux élus manifestaient devant le Sénat pour exprimer le refus des habitants de voir leurs territoires enrôlés de force dans d’immenses collectivités concentrant tous les pouvoirs entre les mains d’un seul pour organiser l’austérité au plan local et la compétitivité demandée par Bruxelles. Alors qu’il y aurait besoin d’une nouvelle étape de démocratisation, nous sommes devant un projet qui va accroître la confiscation du pouvoir et la pression des forces de la finance.

 Le PCF réitère son appel à la responsabilité et exige le retrait de ce texte pour ouvrir une véritable discussion. Il ne saurait y avoir de réforme de la démocratie sans démocratie.

------------------------------------------------------------------------------------------

Rassemblement de l'ANECR devant le Sénat contre l'Acte III de décentralisation : Intercommunalité, compétitivité... mais où est la citoyenneté ?

A l'appel de l'ANECR, à peu près cent personnes, des élus de Gauche et des citoyens en provenance de toute la France, se sont rendues devant le Sénat ce jeudi 30 mai aux alentours de midi. L'enjeu était de taille et les élus de l'ANECR entendaient bien donner une résonance particulière au débat soulevé par la proposition de loi qu'est l'Acte III de la décentralisation. Propos entendus.

Pour André Chassaigne ce rassemblement est primordial. En s'opposant à ce projet de loi, les élus de l'ANECR entendent ­donner du sens à notre maxime : « l'humain d'abord » qui plus qu'un slogan doit se traduire comme un projet politique progressiste prenant en considération les attentes de la population. Or dans sa forme l' Acte III n'est pas conçu pour répondre aux besoins manifestes mais pour conformer nos collectivités aux politiques de rigueur et d'austérité et servir ainsi la soupe des pouvoirs financiers que le gouvernement n'ose pas combattre.

Ce projet de loi pose en outre un problème d'ordre démocratique. Pour Dominique Adenot il est intolérable de penser qu'à la veille des municipales, période où il est demandé aux citoyens de faire des choix sur le sens de la politique menée dans leurs communes, on propose une réforme conduisant au développement d'intercommunalités. Elles transcenderaient, en effet, les décisions sur lesquelles s'étaient exprimés les citoyens. Pour lui on veut par le biais de cette loi « substituer à une République, déjà loin d’être parfaite, une république où intercommunalités et métropoles prendraient le pas sur les institutions élues au suffrage universel ».

Et en effet cet Acte III poursuivrait l’objectif d’organiser l'encadrement par l'Etat des dépenses des collectivités opérant ainsi un transfert du rôle, de la responsabilité, des compétences et du pouvoir d'action des communes en direction des métropoles. Pour Marie-France Vieux-Marcaud, ce serait la « fin des pouvoirs des conseils municipaux » lorsque seraient mises en place des « supra-communalités ». Cette délégation d'autorité correspondrait à « une présidentialisation renforcée au sein des communes ». Cela se traduirait par le développement de territoires à plusieurs vitesses, divisés en zones dynamiques et zones infructueuses laissées à l’abandon et menacerait les services publics (et laisserait ainsi présager de nouveaux plans de licenciements).

Ainsi cette loi, non pas de « décentralisation » mais bien plutôt de « re-centralisation », révélerait l’Étatisme mis en œuvre par le gouvernement ainsi que le désengagement de l’état dans ses fonctions de garant de l’égalité républicaine. Les conséquences de cet Acte affecteraient en effet les populations les plus défavorisées en bafouant leurs droits à l’égalité devant les services publics. En outre cet Acte prévoirait de nouvelles réductions des dépenses publiques locales, dans une optique austéritaire, agirait donc comme un frein à l’investissement et se traduirait par un net ralentissement de l’activité économique.

Pour Chassaigne les élus peuvent se battre sur les textes mais l’action au sénat de nos élus ne sera d'aucune utilité si elle n’était pas soutenue par une large mobilisation populaire. Ainsi les élus de l'ANECR demandent à ce que « tout changement fondamental de l'organisation territoriale fasse l'objet d'un vote précis des personnes concernées ».

 Il est donc nécessaire de faire entendre le fond du débat et de se mobiliser derrière les membres de l’ANECR afin de lutter dans ce qui se révèle être une présidentialisation des compétences des communes déclinée sur tous les territoires, soit l’ « antithèse de la VI° République que nous voulons ». La VI° République que nous voulons est une république d'émancipation citoyenne dans laquelle le concept de souveraineté populaire prendrait sens.


16:55 Écrit par poutargue dans localité, National | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

23 mai 2013

SUCCES DU TOURNOI INTERNATIONAL U 14 DE L'AS GIGNAC.

 

 

                 IMG_0155.JPG IMG_0161.JPG IMG_0160.JPG                                            IMG_0177.JPG           IMG_0180.JPG         IMG_0186.JPG    IMG_0145.JPG   IMG_0187.JPG

 

Le 22 ème tournoi international de l'AS Gignac de football des jeunes (14 ans), perturbé par la pluie le samedi, a pu se dérouler normalement le reste du week end de Pentecôte. Les organisateurs ont rattrapé dans le temps en raccourcissant un peu les matchs et temps de pause sur deux jours au lieu de trois.

Ce tournoi s'est passé dans un excellent état d'esprit et de convivialité. les organisateurs du club, les nombreux bénévoles, les familles d'accueil pour l'hébergement, mais aussi les services de la ville, la municipalité étaient mobilisés. Les infrastructures aménagées pour l'occasion avec un nouveau local pour le service des crêpes toujours apprécié ainsi que les autres services ont eu fort à faire face au millier de personnes présentes.

Les matchs ont été joué dans un excellent esprit sportif, les jeunes joueurs talentueux, leurs dirigeants, mais aussi leurs supporters sont à féliciter. Une mention particulière aux supporters de l'équipe espagnole de Villadecans qui ont mis une ambiance festive permanente. IMG_0159.JPG

Les joueurs de l'O.M ont remporté par 3 buts à 0, une finale dont les jeunes joueurs du SC Bastia n'ont pas démérité malgré le score. La présence de l'arrière de l'OM pro, Rod Fanni lors de la remise des récompenses, avec la présence du député, du maire et des élus présents, a solennelisé le moment festif.

Alain CROCE

TOURNOI U 14 LA PROVENCE.jpg

L'équipe finaliste du SC Bastia

IMG_0142.JPG

17:20 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

21 mai 2013

GIGNAC. Succès du marché paysan solidaire

MARCHE PAYSAN SOLIDAIRE.jpg 1.jpg

 

                              

Pour une première, ce fut une réussite. Le jeudi 16 mai sur le parking de l’Espace Marcel Pagnol avait lieu la mise en place du premier marché paysan solidaire sur Gignac, à l’initiative du P.C.F local, avec le concours des communistes de Châteauneuf les Martigues bien rodés sur ce sujet.

Le principe du marché paysan solidaire est de vendre en circuit court des fruits et légumes de saison produits à proximité du lieu de consommation à des prix abordables, en neutralisant les coûts de distribution du fait de l’engagement de militants bénévoles.

Malgré une météorologie incertaine, tous les fruits et légumes ont étés vendu bien avant la fin de la matinée. Si bien que nous avons eu à déplorer les regrets des nombreux gignacais qui n’ont pu être servis. Nous en sommes désolés mais n’avions pas prévu un tel engouement.

Afin de pouvoir contenter tout le monde et poursuivre les échanges engagés, un prochain marché paysan devrait se tenir sur le mois de juin 2013.IMG_0131.JPG

Il est bien évident que  l’objet de notre action n’est pas de nous installer en marchands de fruits et légumes. C’est un acte militant qui en période de crise permet aux ménages de bénéficier de prix abordables. Cette action a aussi valeur de test : il s’agit d’évaluer le potentiel de vente de productions locales en direct sur Gignac. Nous voulons vérifier qu’une production agricole, basée sur une culture raisonnée, est viable quand elle répond aux besoins en produits frais, de qualité, d’origine identifiée. 

Du point de vu environnemental, la préservation des terres agricoles sur la plaine de Gignac-Châteauneuf, constitue un enjeu de taille. Ce territoire est principalement menacé par une série de mitages résidentiels illicites, ainsi que par le changement de destination de sols cultivables en dépôts divers.

Alors que des procédures de justice sont engagées pour enrayer cette dégradation, la solution définitive de ce problème pourrait provenir de la vocation initiale du territoire : l’agriculture maraichère. Aux portes de l’aire métropolitaine, cette activité constitue un atout non négligeable. Pour autant, l’installation d’agriculteurs, susceptibles de maintenir et développer cette activité, est conditionnée par le fait qu’ils  puissent tirer un revenu correct de leur travail.

Cela est possible ; à la condition de valoriser les productions locales au sein d’un cadre coopératif, avec l’implication des collectivités territoriales et de la SAFER.

MARCHE PAYSAN SOLIDAIRE.jpgPour l’heure, nous poursuivons notre dialogue avec les consommateurs, les producteurs, et sommes attentifs à toutes les expériences innovantes. Ainsi, l’exemple du jardin  potager  partagé, en pied d’immeuble à Laure démontre la possibilité d’exploiter un jardin potager tout en habitant dans un appartement, en s’appuyant sur des savoir-faire très fins.

D’autre part, l’initiative du marché paysan nous questionne sur la manière de faire nos courses. Vaut- il mieux privilégier l’aspect pratique du supermarché qui permet d’avoir un vaste ensemble de produits à disposition de provenance diverse, ou aller chez son boucher, son boulanger, son pizzaïolo…qui sont de véritables artistes du goût ?  

L’existence des commerces de proximité est aussi contributive d’un art de vivre à redécouvrir. 

La perspective d’acheter des produits du terroir de qualité au juste prix, est une idée réaliste qui fait son chemin.

 

Marcos GONZALEZ

Secrétaire du PCF

Conseiller municipal délégué à l’environnement

 

16:48 Écrit par poutargue dans localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |