Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2013

METROPOLE. MANIFESTATION REUSSIE A MARTIGUES. RIEN N'EST JOUE !

 

martigues manif métrop.jpg

J'étais dimanche matin à Martigues pour participer à la manifestation contre la métropole que veut imposer à Marseille le gouvernement Ayrault. Avec en tête de la manifestation le député maire de Martigues Gaby Charroux et sa suppléante Patricia Fernandez Pedinelli, maire de Port de Bouc. De nombreux élus étaient présents à leurs côtés. Avec une participation importante des habitants, une délégation syndicale de travailleurs belges (FGTB), présents pendant le festival "terres de Résistances" participant à l'animation d'une manifestation dynamique.

 

MARTIGUES SUITE.jpg

La manifestation se terminant par un meeting où s'exprimaient le jeune secrétaire de section Jonathan Di Ruocco, puis Gaby Charroux notamment indiquant que contrairement à ce qui en est dit dans les médias, la loi sur la métropole n'a pas été définitivement adoptée. "Le projet de loi sur la modernisation de l'action publique territoriale et les métropoles, revient en examen en octobre au Sénat, puis à l'Assemblée Nationale et fera l'objet d'une troisième lecture d'ici la fin de l'année." Rappelons que 109 maires sur 119 dans notre département y sont opposés et qu'autant de populations, sinon davantage avec les autres communes, restent fortement opposées à cette "recentralisation des pouvoirs" de gouvernance.

Dans les faits, donc rien n'est fait, et bien même si la loi allait à son terme, on voit mal comment elle serait appliquée contre l'avis des populations et de leurs édiles. L'urgence d'un référendum (comme cela a été fait en Alsace d'ailleurs) s'impose devant ce déni de démocratie. L'article 72 de la constitution le prévoit lors de la création d'une collectivité territoriale supplémentaire comme c'est le cas. Les conseillers métropolitains étant par la suite, élus au suffrage universel.

 

MARTIGUES SUITE 1.jpg

Les marseillais d'ailleurs, comme le reste des populations de nos villes, n'ont rien à attendre comme l'a dit Gaby Charroux, d'une métropole "miroir aux alouettes", créée pour concurrencer et "se hisser au niveau de Gênes ou Barcelone. Il faut savoir que Gênes ne dispose que d'une ligne de métro qui ne dessert que ... 8 stations et Barcelone à un taux de chômage supérieur à 27 % !"

Il faut donc s'attaquer aux problèmes de fond pour sortir Marseille et le département dans lequel des années de politique d'austérité, de désindustrialisation, de mauvais choix urbains et sociaux les ont plongé.

Sans un traitement de fond de ces questions, les mesures dites sécuritaires trouveront vite leurs limites et ne trouveront aucunement de solutions dans une métropole où les maîtres mots "concurrence, compétitivité, coût du travail", résonnent comme autant d'arguments à une politique austéritaire.

Gageons que le souffle de Martigues ce dimanche se propagera dans nos communes pour réorienter une loi qui ne va pas dans le bon sens d'une coopération métropolitaine des communes et intercommunalités indispensable pour répondre aux besoins grandissants de nos populations.


Alain CROCE

Conseiller municipal de Gignac La Nerthe

Conseiller communautaire MPM

 

MANIFESTATION METROPOLE MARTIGUES LE 8 SEPT 2013.jpg


 

09 septembre 2013

GREVES ET MANIFESTATIONS DEMAIN 10 SEPTEMBRE, A L'APPEL DE CGT - FO - FSU - SOLIDAIRES

Réflexions du philosophe Lucien Sève. « La bataille de la retraite est une vraie lutte des classes »

 

Alors que plusieurs syndicats appellent à manifester ce mardi 10 septembre contre la réforme des retraites du Gouvernement, le philosophe Lucien Sève estime que c'est la place et le rôle du retraité qu'il faut repenser en profondeur. Et appelle à jeter les bases d'une « troisième vie » dans laquelle le retraité jouerait un rôle majeur et actif à visée émancipatrice dans la société. Loin de toute exploitation.

La Marseillaise. Salariés et retraités seront dans la rue le 10 septembre pour s'opposer à la réforme des retraites telle qu'elle est annoncée par le Gouvernement. On nous redit, comme à chaque fois : « on vit plus longtemps, il est normal qu'on travaille plus longtemps », et c'est bien ce à quoi tend l'allongement de la durée de cotisation. Vous insistez sur un autre aspect de la question . le bien-vieillir. Qu'est-ce à dire ?

Lucien Sève. Permettez que d'abord je revienne sur cette fameuse phrase censée justifier l'attaque contre nos retraites. C'est comme ça que se mène toute politique anti-populaire : d'abord, on intimide en matraquant avec un slogan bien trouvé (par exemple « le coût du travail ») ; et alors, carte blanche pour le pire. Nous n'attaquons pas assez cette apparente évidence (« on vit plus longtemps, on doit travailler plus longtemps ») qui est en fait une double mystification.

D'abord, on vit plus longtemps justement parce qu'on travaille moins longtemps que jadis ; faire travailler plus longtemps, c'est réduire la durée moyenne de vie, comme le démontre la très forte différence d'espérance de vie entre salariés d'exécution et non-travailleurs. Ensuite, et c'est là le plus mystificateur, de plus en plus les retraités travaillent bel et bien -tâches domestiques, bénévolat social, activités créatrices…-, mais librement, et non plus pour un patron ! Le travail libre ne tue pas, au contraire il fait vivre. Tout est là. Ce que dit en sous-main le slogan, c'est donc : on vit plus longtemps, donc on doit être exploité plus longtemps. Voilà le scandale. Travail libre ou travail exploité ? C'est le cœur de la question. Une question à fort contenu de classe.

La Marseillaise. Venons-en au « bien-vieillir ». Vous mettez en cause l'approche de toute la question des retraites en termes d'âge, l'appellation,de « seniors »… Mais n'est-ce pas l'identité du système de retraite à la française, à savoir que les « actifs » d'aujourd'hui cotisent pour les retraités ?

Lucien Sève. C'est qu'il y a un vrai jeu de mots sur le âge. Si je dis : soixante ans doit être l'âge du droit à la retraite, ici âge est simplement un repère temporel. Mais quand on dit : les retraités sont des gens d'âge, âge devient une qualification psychique, ce seraient des vieux nécessairement voués à l'oisiveté, à l'inactivité, de simples bouches à nourrir, bien lourdes pour la nation… C'est ce second sens du mot âge qu'il faut radicalement critiquer. L'extraordinaire mutation à la fois sanitaire et sociale qui s'est engagée, c'est qu'après soixante ans s'ouvre pour beaucoup non pas ce qu'on appelle « le troisième âge », c'est-à-dire une survivance diminuée, mais une troisième vie à part entière, plusieurs décennies au cours desquelles, au sein même de cette invivable société capitaliste à bout de souffle, commence à devenir possible pour un nombre croissant d'hommes et de femmes une existence active désaliénée. Nous vivons les débuts d'une formidable émancipation possible de l'existence humaine, où après la « vie de travail », on veut dire par là la vie exploitée, peut s'ouvrir pour de plus en plus d'individus une longue vie d'activités non exploitées, une vie pleinement pour soi et pour les autres. C'est cette magnifique mutation commençante qui est en jeu. La réforme en cours du système de retraite signifie concrètement que la plus grande part de l'espérance supplémentaire de vie serait confisquée par le capital aux salarié-e-s. C'est intolérable.

La Marseillaise. Mais la frontière entre « actifs » et « inactifs » n'est-elle pas le fruit de décennies durant lesquelles la condition de retraité a été résumée au repos bien gagné après le devoir accompli, à l'oisiveté ? Quelle condition nouvelle devrait-on envisager pour le retraité nouveau ?

Lucien Sève. Ici encore, attention aux jeux de mots involontaires. Cette distinction des « actifs » et des « inactifs » est en effet à la base de notre système de retraite par répartition, mais en un sens purement institutionnel : est dit actif le travailleur salarié qui cotise pour le retraité appelé inactif en ce seul sens qu'il a cessé d'être lui-même travailleur salarié. A cela il n'est bien entendu pas question de toucher.

Mais dans le sens général de ces adjectifs, rien ne voue le retraité à être un inactif, en entendant par là un improductif, un inutile, et ce qui se passe sous nos yeux est justement que de plus en plus de femmes et d'hommes retraité-e-s ne font pas que jouir d'un repos souvent très chèrement gagné, se distraire, voyager…

Beaucoup tiennent à se rendre activement utiles et le sont effectivement. Qu'en serait-il par exemple de notre vie municipale, associative, solidaire sans la très considérable participation des retraité-e-s ? Et de la vie familiale des rapports avec les enfants ? Et de bien d'autres choses importantes, comme la transmission de l'expérience professionnelle et sociale ?

En ce sens, il importe hautement de cesser de les appeler « inactifs », désignation légale susceptible d'accréditer une vraie falsification sociale. Le revenu qu'est la retraite n'est pas une aumône pour individus socialement à charge, c'est une rémunération justifiée pour pleine citoyenneté.

La Marseillaise. Le fait que le temps de retraite soit « hors-salariat », donc « hors-exploitation », selon les vues marxistes, pourrait-il favoriser un nouveau rôle du salarié dans la société ? Si oui, pourquoi n'en va-t-il pas ainsi actuellement ?

Lucien Sève. Bien sûr que ça pourrait et même devrait le faciliter ! L'allongement de l'espérance de vie active exige de penser et d'organiser autrement le temps de retraite. Et d'abord il faut entendre autrement le mot même de retraite. D'origine, il dit un retrait de la vie active, une mise à l'écart, un renoncement à la vie plénière. Le retraité en a le droit, si c'est son libre choix. Mais de plus en plus le mot peut et doit dire tout autre chose : une troisième vie traitée autrement, retraitée comme on retraite un minerai… Un retraitement de l'existence où l'on puisse enfin longuement faire ce qu'on a envie de faire et que la vie exploitée a empêché de faire… C'est un droit imprescriptible de toute personne, si du moins notre monde est civilisé. Et l'assurer vraiment exige toutes sortes de choses qui à mon sens doivent faire aussi partie de la bataille pour nos retraites. Par exemple, une troisième vie humainement riche ça se prépare, ça présuppose d'acquérir de nouveaux savoirs et savoir-faire, de former de nouvelles motivations.

A cet égard, la façon dont ce capitalisme à bout de souffle maltraite aujourd'hui les quinquagénaires est un scandale, on leur gâche l'existence, on les licencie, on leur refuse toute formation, etc…, cela juste au moment où ils ont à préparer leur troisième vie, chose aussi essentielle que la formation initiale… L'être humain est aujourd'hui aussi maltraité que la planète Terre, je trouve qu'on ne le dit pas assez. Il ne suffit pas d'être écolo, il faut du même mouvement être anthropolo…

La Marseillaise. Dans quelle mesure la bataille pour ce que vous appelez la troisième vie s'apparente-t-elle, selon vous, à une bataille de classe ?

Lucien Sève. Empêcher qu'on dégrade davantage encore notre système de retraite et même passer à l'offensive pour y apporter toutes les améliorations dont il a tant besoin, c'est se battre pour que demain vingt millions de retraité-e-s accèdent à une vraie troisième vie soustraite à l'emprise directe du capital. C'est une affaire colossale. N'ayons pas peur du mot : c'est bien plus que simplement revendicatif, c'est proprement révolutionnaire. C'est même ça, aujourd'hui et demain, la révolution : créer au présent un rapport des forces qui permette de changer sans attendre des rapports sociaux fondamentaux dans un sens émancipateur. Si nous hésitons à voir dans cette bataille de la retraite une vraie et grande lutte de classes, le capital financier, lui, n'hésite pas : il se donne à fond pour la gagner en son sens. Oui vraiment, grande bataille de classe. Qui mérite que nous fassions un premier vrai succès du 10 septembre.

Entretien réalisé par Sébastien Madau (La Marseillaise, le 8 septembre 2013)

10:21 Écrit par poutargue dans localité, National | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

SECURITE. APRES LA TABLE RONDE A MARSEILLE, LA REACTION DE J.M COPPOLA.

Éclairante semaine de rentrée à Marseille. Communiqué de presse Jean-Marc CoppolaIMG_0099.JPG

Samedi 7 septembre 2013, une Table ronde est convoquée en Préfecture pour sceller, à la demande du Ministre de l’Intérieur, un « Pacte républicain de sécurité et de cohésion sociale ». Comme si le problème résidait dans les « dissensions »entre élus locaux. Des dissensions existent au sein du Parti socialiste, mais cela nécessiterait un pacte socialiste plus qu’un pacte national. Et des désaccords politiques existent sur le diagnostic et les solutions et cela appelle un large débat citoyen. Nous avons eu une table ronde dont les conclusions semblaient écrites à l’avance.

Conclusion : des petites phrases assassines entre élus socialistes, la mise en place d’un « comité de suivi » et une nouvelle visite du Premier Ministre à Marseille mi-octobre pour annoncer une série de mesures.

Pourtant le 4 septembre 2012, voici un an, après un 9ème règlement de compte, un comité interministériel s’était déjà tenu à Marseille annonçant une série de mesures, dont la principale était la mise en place d’une Métropole, comme le remède miracle à tous les maux de Marseille et de ses environs. Coup réussi, puisque que durant les mois qui ont suivi, l’essentiel du débat sur la décentralisation a été focalisé sur ce sujet. Rien sur l’état des collectivités qui gèrent avec de plus en plus de difficultés, les écoles, les collèges, les lycées, les transports, l’économie, bref le quotidien.

Pourtant la venue prochaine de Jean-Marc Ayrault mi-octobre était déjà prévue depuis plusieurs jours pour ramasser les copies du Préfet Théry sur les prémices de la Métropole, et les copies de la Région sur les grandes priorités du prochain Contrat de Plan.

Ces quelques éléments montrent à quel point l’insécurité à Marseille, pas plus importante cette année qu’en 2012 ou 2011, est instrumentalisée en transformant des faits divers en faits de société et en évènements nationaux, pour trouver un sujet d’intérêt électoral, pour jouer sur les peurs, éviter le débat démocratique sur les sujets qui intéressent les marseillaises et les marseillais, se poser en « Zorro » ou en « Chef d’armée », et surtout ne pas amener de véritables réponses aux problèmes de fond posés.

Pour moi, l’attitude du gouvernement, devant une droite locale médusée à qui l’on a chipé son hochet « le tout sécuritaire », est grave et dangereuse.

Grave car le pouvoir national en place et ses relais locaux ne veulent pas changer de cap dans la politique de baisse des moyens publics et le Pacte national est en fait un Pacte de renoncement et d’austérité que les populations, les partis et les élus devraient subir, accepter, et mettre en œuvre.

Dangereuse car l’absence de débat contradictoire de fond permettant de déboucher sur des réponses aux défis actuels, l’absence de courage politique à faire des choix de justice sociale, la non volonté politique de s’attaquer aux causes de la pauvreté, du chômage, de la précarité, fait le jeu du FN.

Trois exemples pour illustrer cette affirmation : le suicide d’un enseignant d’un lycée de Marseille la veille de la rentrée et l’absence de prise en compte des revendications des syndicats et d’un collectif de parents issus des quartiers nord.

La Table ronde aurait dû traiter de ces trois sujets, il n’en a rien été.

L’enseignant au geste désespéré a laissé une lettre dénonçant les dysfonctionnements d’une école qui fabrique du mal-être chez les enfants et parmi les adultes. Quelle suite est donnée à ce message concret et lucide ?

Les syndicats des hôpitaux publics font des propositions permettant de soigner efficacement et dans de bonnes conditions. Quelle prise en compte y a-t-il par les autorités ?

Le collectif des quartiers nord a déposé en préfecture une plateforme revendicative sur l’emploi, l’éducation, le logement, les transports, la police de proximité…Quel traitement les représentants de l’Etat réservent-ils à ces idées concrètes ?

Trois exemples tirés de l’expérience, du vécu quotidien, de leur expertise, des souffrances et des espérances.

La célérité avec laquelle s’est tenue la Table ronde après le quinzième règlement de compte et l’absence totale de traitement de ces trois sujets lors de cette « grand messe », -la sénatrice communiste à la table ronde ayant été quasiment censurée- en dit long sur l’instrumentalisation de l’insécurité.

Le sujet crucial à traiter sur le fond, rapidement, de manière citoyenne avec les acteurs concernés, c’est l’insécurité sociale et les inégalités à Marseille.

Mais pour le régler il faut y mettre les moyens. Pas sûr que le gouvernement en soit autant convaincu que d’aller faire la guerre à la Syrie.

Avec le Front de gauche, j’ai ouvert des espaces de débats pour construire avec les marseillaises et les marseillais, un vrai projet pour Marseille, portant plus loin que les élections municipales de mars 2014. Nous allons continuer.

Jean-Marc Coppola
Vice-président Front de Gauche de la Région
Conseiller municipal de Marseille
Chef de file des communistes aux élections municipales de Marseille

Marseille le 8 septembre 2013

09:54 Écrit par poutargue dans localité, National | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

07 septembre 2013

METROPOLE. MANIFESTATION A MARTIGUES POUR EXIGER UN REFERENDUM.

MANIF METROPOLE MARTIGUES.png

10:51 Écrit par poutargue dans localité, National | Commentaires (1) | Lien permanent |  Facebook |

01 septembre 2013

INFORMATIONS SUR LES MODIFICATIONS DES BUS DE L'ETANG

1023%20(4)%20bis.jpg

A partir du 2 septembre des modifications importantes concernant le réseau des Bus de l'Etang vont être mises en place. Avec de nouvelles couleurs, les bus sont identifiables de loin, les numérations changent (ainsi désormais ce sont les lignes 60 et 61 qui déservent Gignac avec en complémentarité une ligne Car 13 qui traverse Gignac. Pour la première fois, le transport évolue en complémentarité. Des modifications concernent également les transports scolaires qui à priori doivent améliorer le service rendu.

Plusieurs points restent à régler, même si nous avons travaillé tout l'été pour les résoudre. Ils découlent d'autorisations à obtenir selon la gestion des voies, soit par le conseil général, soit par MPM pour les modifications d'implantation des arrêts de bus. C'est ainsi que des arrêts provisoires ont été mis en place en attendant les travaux d'aménagement définitifs.

Il reste deux points à traiter avec le CG et MPM:

- l'arrêt des Fortunés (sens St Victoret - Gignac). Le bus marque l'arrêt de l'autre côté de la voie, devant les services techniques et repart sur la gauche vers Gignac. Nous avons demandé depuis longtemps un giratoire ou un aménagement urbain permettant un arrêt en toute sécurité pour les personnes et les bus. Cette voie très fréquentée reste dangereuse pour la traverser... Dans l'immédiat l'arrêt est maintenu dans le sens inverse dans l'attente d'une solution du CG.

- L'arrêt du Capeau. Il faudrait supprimer l'interdiction de tourner à droite pour pouvoir rentrer dans Gignac et en même temps aménager l'accotement du virage.Dans l'impossibilité d'avoir eu une étude pendant l'été, ce projet va être examiné prochainement. Dans cette attente, le bus ne pouvant rentrer, ni effectuer un demi-tour dans les habitations, provisoirement l'arrêt est déplacé (voir info bus, lien ci-joint).  Ligne 60 - Terminus changé Capeau - République.pdf

Plusieurs usagers des Bus m'ont sollicité sur diverses questions qui ont pratiquement toutes été résolues par la direction du SMITEEB (Syndicat Mixte des Transports de l'Est de l'Etang de Berre). En cas de problème rencontré, laisser un message à mon intention à l'accueil de la mairie ou sur le site de la ville. En tout cas, le transport évolue, et Gignac en bénéficie. Le service d'accueil des Bus pour votre information est désormais ouvert le samedi, une ligne le dimanche en direction de Plan de Campagne à partir de Marignane est mise en place. En attendant le futur BHNS (bus à haut niveau de service) qui est en projet actuellement.

Alain CROCE

Délégué au SMITEEB (Bus de l'Etang)

08:31 Écrit par poutargue dans Infos côte bleue, localité | Commentaires (1) | Lien permanent |  Facebook |