Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mars 2017

[#MaMarseillaiseVivra] « C’est une liberté que de se faire sa propre opinion »

Alain CROCE conflit Mlle 02 2010 - 2011.jpg 

« Le rôle de la presse écrite est essentiel. Le principal danger est de laisser se répandre de fausses informations. Les effets peuvent être terribles. » Propos recueillis par Sylvain Fournier.

Photo (archives LM) TERZIAN ROBERT

La Marseillaise vendredi 24 mars 2017

Alain Croce, ancien postier marseillais et syndicaliste CGT, aujourd’hui adjoint au maire de Gignac-la-Nerthe, témoigne de l’importance de la presse écrite et de « la Marseillaise » tant sur le plan syndical que citoyen : le droit à l’information du plus grand nombre.

Quel est votre premier souvenir de « la Marseillaise » ?

Dans la lutte, très jeune. J’ai commencé à travailler à la Poste à l’âge de 18 ans et j’ai participé à une longue grève de près de 40 jours, en 1974. Je ne connaissais la Marseillaise que de nom et pendant cette période, j’ai commencé à la lire quotidiennement. Je n’ai jamais arrêté depuis.

à cette époque, nous étions dans un monde où il y avait quatre quotidiens régionaux. Mais seule la Marseillaise relayait fidèlement les luttes que nous menions. Le quotidien couvre toujours de manière importante les mouvements sociaux qui sont décriés par d’autres... C’est encore aujourd’hui le seul à défendre les personnels qui travaillent sous statut, les sans-grades, les sans-papiers ou les précaires.

Cela vous a aidé de quelle manière ?

Le journal a pris des risques. C’est le premier, par exemple, à avoir abordé la question des précaires embauchés par la Poste. Il avait publié la photo de l’un d’eux qui faisait une tournée sans même une sacoche. Nous nous étions appuyés sur cette photo pour dénoncer pareilles conditions de travail. C’est également lui qui a révélé, dans les années 80 - 1985 pour être précis - l’existence de centres privés mis en place en parallèle lorsqu’il y avait des grèves...

Les liens entre les postiers et le journal sont privilégiés, les premiers ont grandement participé à la création du Mondial.

En effet, les Postiers se sont toujours beaucoup engagés pour la Marseillaise. D’ailleurs Pierre Andréis, journaliste et ancien responsable de la rédaction des sports de la Marseillaise, décédé le 2 mars, avait commencé comme télégraphiste à la Poste Colbert à Marseille. Pierre Andréis est l’un des fondateurs du Mondial la Marseillaise à Pétanque avec Henri Emiren, postier et délégué CGT de cette même poste Colbert, qui a mobilisé une équipe de militants sportifs du CSPTT, pour organiser ce qui s’appelait à l’époque « le Ricard - la Marseillaise ».

En tant qu’élu local cette fois-ci, comment considérez-vous le rôle de la presse ?

C’est évidemment plus difficile pour la Marseillaise comme pour les autres de couvrir toutes les localités. C’est une problématique qui se pose à l’échelle de toute la presse aujourd’hui comme pour demain. Mais c’est un vrai manque, cela se ressent. Avec un danger principal, celui de laisser se répandre des informations non vérifiées ou, pire de fausses informations. Et quand on voit la vitesse de propagation et les proportions que cela peut prendre... cela peut être terrible.

Vous estimez donc que le rôle de la presse écrite reste essentiel.

Oui car on est en train de nous kidnapper notre droit à s’informer, à la communication, à la réflexion à partir d’éléments concrets et vérifiés. Comme le disait Jaurès lors qu’il fonda l’Humanité, « se donner les moyens de comprendre et de juger les événements du monde ». C’est une liberté que de se faire sa propre opinion.

Les réseaux sociaux ont-ils changé votre façon de faire de la politique avec les citoyens ?

En tant qu’élus nous sommes très attentifs, ça part très vite. Dernièrement, par exemple, la Marseillaise a consacré un article au « dernier laitier » de Gignac-la-Nerthe, il y a eu des centaines de commentaires sur les réseaux sociaux et un bel élan de solidarité. à l’évidence, la presse a un rôle très important à jouer. Il est de la plus haute importance que la Marseillaise résiste et vive. Je serai effrayé que dans le paysage national et régional, l’Humanité et la Marseillaise viennent à disparaître car ces titres véhiculent des raisons d’espérer.

Propos recueillis par Sylvain Fournier

LA MARSEILLAISE A C 23 MARS 2017 1 (2).jpg

18:10 Écrit par poutargue dans Alain a écrit | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

06 mars 2017

MARTIGUES. GABY CHARROUX DÉPUTE DU PEUPLE REND COMPTE DE 5 ANS DE MANDAT ET PASSE LE RELAIS.

Gaby Charroux COMPTE RENDU MANDAT DE DEPUTE.jpg

Beaucoup d'affluence ce samedi 4 mars à Martigues avec Gaby Charroux et Pierre Dharéville. L'un rendant compte de ses 5 années de mandat de député avec un riche bilan de présence, d'interventions diverses, de propositions de loi, dont celle (non retenue, mais pas abandonnée) sur l'écart entre les salaires les plus bas et ceux les plus hauts. En 5 ans, Gaby a, à plusieurs reprises, rendu compte du mandat que le peuple lui avait confié. Il a souligné le travail de son groupe à l'Assemblée et démontré la nécessité d'avoir des députés PCF - Front de Gauche en nombre permettant de peser sur les choix gouvernementaux. Il en a profité pour passer le relais en 2017 et propose que Pierre Dharéville (dont il sera le suppléant) lui succède sur les bancs de l'Assemblée.

Celui-ci en conclusion de cette réunion citoyenne s'est engagé à poursuivre l'oeuvre de ses prédécesseurs sur cette 13 ème circonscription, avec une pensée particulière pour le regretté Michel Vaxès.

Enfin, un exercice de la politique à l'état pur. Telle qu'elle devrait être exercée avec les citoyens, cela donne un bol d'air dans cette période polluée politiquement. Un vrai plaisir d'y avoir participé aux côtés de mes amis Gaby et Pierre, ainsi que de tous les élus présents pour les soutenir.

Alain CROCE

Adjoint au Maire de Gignac La Nerthe

07:42 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (1) | Lien permanent |  Facebook |

CONCERTATION SUR LA RÉNOVATION DU CENTRE VILLE DE GIGNAC LA NERTHE.

Réunion concertation 2 mars 17 République 1.jpg

La salle du conseil municipal a fait le plein ce jeudi 2 mars 2017 à l'occasion de la réunion de concertation à laquelle étaient conviés les riverains de la rue de La République notamment. Des représentants, techniciens de la Métropole étaient présents et ont pu donner des éléments techniques sur la faisabilité du projet. Avec l'acquisition des commerces (Bar Tabac, boucherie) par la municipalité, l'objectif est bien la relance du commerce dans un centre ville progressivement délaissé. C'est le cas de beaucoup de villes, grandes ou moyennes d'ailleurs... Notre municipalité ne s'y résout pas et met tout en oeuvre afin de relancer le commerce en mettant en place des infrastructures qui le permettent. C'est ainsi que la municipalité a acquis également un terrain pouvant servir de parking pour plus d'une quarantaine de places, qui va être progressivement aménagé. Un passage piétons nécessitant une trouée à la place des locaux de l'Habitat (transférés place des Templiers) va être réalisé, permettant un passage direct jusqu'au parking, face aux commerces qui vont être totalement rénovés. Ceci afin de permettre l'installation de nouveaux commerçants (dont un boucher). La discussion fût très riche et a permis de rectifier certaines choses. A noter la mise en place d'un plateau traversant (20 Kms/h maxi), le nivellement de la partie entre l'impasse de l'Auberge et la rue Jean Moulin. qui deviendra une place. Un choix de béton désactivé pour la chaussée. Pendant la durée des travaux (environ deux mois), il sera nécessaire de respecter totalement les indications de déviation et le respect absolu de ne pas rouler pendant une période sur la chaussée en attente du séchage du béton désactivé. Les commerces (boulangerie et librairie) restent totalement accessibles pendant la durée des travaux, des mesures particulières concernant le ramassage des ordures ménagères ont été adoptées. Une concertation appréciée par les riverains présents.

Alain CROCE

Adjoint au Maire, en charge de la Voirie, de la Propreté, des Déplacements

Réunion concertation 2 mars 17 République 2.jpg

 

 Cliquer sur le lien pour voir le plan de déviation travaux :

 2017-03-2 plan info travaux centre ancien.pdf

 

 

07:09 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

05 mars 2017

GIGNAC. LE DOB AU CONSEIL MUNICIPAL DU 27 FÉVRIER 2017.

Au menu du conseil municipal de ce lundi 27 février, le DOB. Bien mijoté, ce DOB (Débat D'orientations Budgétaires) préfigure les orientations que va prendre la municipalité pour l'année 2017.

Une année remplie d'incertitudes de fait d'un contexte électoral particulier à quelques semaines des élections présidentielles. Elections marquées par des concerts de casseroles qui accompagnent les visites sur le terrain des candidat-e-s de droite et d'extrême droite notamment... Casseroles qui mettent fin à l'image qu'ont voulu montrer un François Fillon de la droite L.R qui clamait il y a peu que s'il était dans la situation de Sarkozy, il se serait retiré. Oui mais c'était avant... les primaires. Maintenant soupçonné de détournements d'argent public au travers de l'emploi fictif de son épouse embauchée comme collaboratrice, il a changé d'avis. Droit dans ses bottes, il se maintient dit-il, de concert avec ses soutiens comme M. De Pietro à Gignac, tracts en mains sur le marché pour le justifier. Jusqu'à quand ?

Il en est de même avec la candidate Marine Le Pen qui a oublié son slogan paternel : "Mains propres et tête droite" pour celui sans doute de "mains sales et profil bas". Pire après avoir demandé la comparution immédiate de "la racaille" (sic), elle refuse de se rendre à une convocation de la police ou des juges, se réfugiant derrière son immunité parlementaire européenne et la période électorale qui ne serait pas favorable à une telle comparution. Sans doute la mise en examen de sa cheffe de cabinet n'y est pas étrangère... 

Ce qui n'empêche pas les représentants locaux du Front National, comme lundi soir au conseil municipal, de protester comme à leur habitude, dès que l'on aborde les demandes de subventions, sur l'argent issu des contribuables "que l'on donnerait généreusement à l'Europe, à la Région, aux Départements.... Sans en recevoir un digne retour..." Sauf que M. Le Pen doit 300 000 € au parlement européen pour emplois fictifs de gens employés... en France et que 11 élus FN européens doivent eux aussi 1,1 million d'euros ! 

Voici résumé en quelques mots l'attitude des uns et des autres qui a transpiré au cours de ce conseil municipal, notamment par le FN. 

Le débat sur les orientations budgétaires a vu les oppositions reconnaître les excellents résultats de fait de notre municipalité. Pas grand chose à dire au niveau des chiffres imparables démonstratifs d'une gestion sérieuse qui permet de hauts niveaux d'investissements. (Voir déclaration du groupe Gignac J'y Vis ci-dessous)

Tant le président du groupe Gignac J'y Vis que la présidente du groupe Gignac Ensemble ont conforté dans leurs interventions le rapport de présentation de l'adjoint aux Finances Gabriel Pernin.

M. De Pietro, pour le groupe de droite a lu la courte déclaration de M. Cordoliani, spécialiste des finances pour son groupe qui salue le travail accompli par la majorité.

M. Trubert pour le FN a totalement ignoré les éléments présentés se bornant à des généralités...

Les 6 délibérations ont toutes été votées à l'unanimité. Celles-ci traitaient de demandes de subventions à la Région ou au département qui concernent les projets en cours sur les pôles éducatifs, d'une demande au Ministère de l'intérieur d'une réserve parlementaire, de la désignation d'un jury de concours, d'une motion de soutien au collectif RASED 13 qui s'insurge contre la diminution des moyens mis en place pour combattre l'échec scolaire.

Ce conseil qui a duré près de 2 heures 30, aura traîné en longueur suite à des interventions politiques notamment du FN qui a resservi son discours de haine sur l'affectation des logements sociaux, "l'apprentissage d'une certaine langue dans les écoles" (démenti le matin même par la ministre de l'Education), etc... Nous avons su rectifier ces contre vérités et opposer au Fhaine les valeurs de la République.

Le Maire Christian Amiraty a quant à lui, informé le conseil qu'il ne serait pas candidat aux élections législatives, qu'il ne donnerait son parrainage à aucun des candidats aux présidentielles, qu'il était prêt à les entendre sauf ceux qui ont des propos discriminants sur les origines et les religions.

Alain CROCE

Adjoint au Maire, président du groupe Gignac J'y Vis

 

 Cliquer sur le lien pour lire l'intégralité de la déclaration du groupe GJV :

 DOB 2017 DECLARATION GROUPE GIV.doc

 

LA PROVENCE

La Provence jeudi 2 mars 2017 DOB.jpg

20:02 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

15 février 2017

GIGNAC. MARCEL LE LAITIER DE LAURE A REÇU DE NOMBREUX TÉMOIGNAGES D'AFFECTION. LES REMERCIEMENTS DE SA FAMILLE.

Incroyable ! L'article sur mon blog sur "le dernier laitier de Laure" a fait un véritable buzz. Plus de 3000 fois visionné, quelques 1890 "j'aime" directement sur le blog, des dizaines de commentaires sur les plus de 100 "partages sur Facebook"... Des souvenirs que se remémorent des enfants devenus adultes, des anciennes institutrices qui se souviennent, des commentaires émouvants sur Marcel, le laitier qui n'a pas laissé indifférent les habitants de Laure et de Gignac et parfois bien au-delà. Même un agriculteur du Doubs qui indique avoir fourni des vaches à Marcel... Un bel hommage du peuple que méritait bien Marcel. Il ne s'attendait pas à un tel déferlement de compliments. A tel point que sa famille s'en est émue.

"La famille de Marcel Olive, son épouse, sa fille, son gendre, ses petits enfants, ne pouvant répondre à toutes ces marques d'affection, remercient vivement toutes les personnes qui ont témoigné leur affection à Marcel, ainsi que la municipalité de Gignac La Nerthe. Marcel va pourvoir profiter d'une retraite bien méritée auprès des siens avec le sentiment du devoir accompli."

Le maire Christian Amiraty aura l'occasion de lui rendre l'hommage qu'il mérite de la part de la municipalité.

Merci à tous pour cette chaleur humaine qui prouve que l'authenticité, les valeurs autour de la terre, de nos agriculteurs, sont bien vivaces. Protéger la terre est un devoir, reconnaître ceux qui la font vivre en leur donnant les moyens de le faire est une nécessité.

Comme le dit si bien le proverbe indien :

" La terre n'est pas un don de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent."

Alain CROCE

Adjoint au maire

2017-02-13_laitier B.jpg                          Pour agrandir cliquer sur l'article ou aller sur le lien:

http://www.lamarseillaise.fr/bouches-du-rhone/societe/57498-marcel-le-dernier-laitier-de-gignac-tire-sa-reverence-contraint-et-force

 

2017-02-13_laitier A.jpg

 

21:18 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (2) | Lien permanent |  Facebook |