Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mars 2015

Canton de Marignane. « Une gauche rassemblée, unie et combative »

cantonales candidats à Ensuès (940x649) (800x552) (640x442).jpg

 

La liste « A Gauche toute » trace son sillon dans un canton où la droite et le FN rêvent de conquérir les deux sièges.

Laurence Jouanaud a un large sourire… Pour son premier combat politique, cette enseignante, directrice d’école à La Mède, est ravie « car les contacts sont bons, chaleureux très souvent… Les rencontres avec la population me confortent dans notre démarche politique. La Gauche que nous voulons rassemblée, unie et combative peut effectivement bousculer la donne dans ce canton qu’on dit acquis à la droite, voire au FN. Les gens veulent autre chose que ce qu’ils ont au gouvernement, et encore moins du FN ou la droite. Pour autant, s’ils apprécient nos propositions pour une gestion renouvelée du Conseil départemental, les traumatismes qu’ils subissent ne les poussent pas obligatoirement vers nous et surtout vers les urnes le 22 mars prochain. C’est pourquoi nous sommes beaucoup sur le terrain pour convaincre encore et encore ».

A Ensuès, lors de sa première réunion publique, elle est satisfaite de ces échanges de plus de deux heures. À ses côtés, Hubert Macone, Adjoint aux finances du Maire Michel Illac, l’est aussi. « Je pense que nous faisons réellement la différence. Nous mettons nos paroles en phase avec nos actes. Et les gens que nous rencontrons en prennent conscience. La seule chose que nous regrettons est que, dans notre démarche de rassemblement que nous avons initié il y a trois mois, certains ont préféré l’aventure personnelle. C’est dommageable pour mettre en perspective notre projet de gauche porteur des valeurs de démocratie participative, de transparence, de progrès social. Nous sommes convaincus que seule l’union des forces de progrès politique, associatif, syndicaliste, citoyenne, peut renverser la donne et colorer l’espoir notamment en rouge et vert ».

Rolland Audibert, retraité du raffinage, (et candidat suppléant*) acquiesce, en soulignant que « notre véritable adversaire, c’est l’abstention. Et particulièrement celle du peuple de gauche qui se sent trahi, méprisé par ce gouvernement. Notre but est de relancer une dynamique auprès d’une population qui ne voit pas l’utilité de se déplacer. À Gauche toute, pour un territoire solidaire, citoyen et écologique, est sans équivoque. Nous n’opposons personne, et faisons de nos diversités une force. Ce territoire doit se construire et se développer autour de nos potentialités (industrie, service, logistique, tourisme, agriculture…) pour le bien-être et l’émancipation de toutes et tous. Ce canton a des atouts exceptionnels. Nous proposons de les faire fructifier ».

Joffret Melen (La Marseillaise, le 12 mars 2015)

(*) La deuxième suppléante est Marie-Claude Gargani, de Marignane.

19:00 Écrit par poutargue dans Infos côte bleue, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

12 mars 2015

CANTON MARIGNANE - CÔTE BLEUE. LES CANDIDATS "A GAUCHE TOUTE !" EN DÉBAT....

Après un débat public à Ensuès la semaine dernière, les candidats de la liste  "A GAUCHE TOUTE !" qui a pour ambition dans ce canton, le plus peuplé des Bouches-du-Rhône (80 000 habitants sur 7 communes), d'être la seule liste d'ouverture à gauche qui rassemble communistes, syndicalistes ou société civile, étaient au Rove. Il n'y a ni liste socialiste, ni liste Force du 13 face à la droite et à l'extrême droite dans ce canton. C'est dire si chaque voix sur cette liste, véritablement de gauche, de celle qui se  rassemble contre l'austérité, qui se prononce pour davantage de démocratie, va compter !

Laurence Jouanaud et Hubert Macone, accompagnés de leurs remplaçants Marie Claude Gargani et Roland Audibert ont donc répondu aux nombreuses questions en direct avec la population.

Plus de 150 rovenains participaient à ce débat public. Les questions n'ont pas manqué pendant près de deux heures pour un scrutin où l'abstention risque de peser... D'où l'importance d'un véritable vote A GAUCHE TOUTE.

La présence de deux maires, Georges Rosso et Michel Illac, venus les soutenir a donné une forte signification dans cette campagne.

Alain CROCE, membre du collectif de soutien. 

 

IMG_0250.JPG

                            Les candidats reçoivent le soutien des maires d'Ensuès et du Rove

                IMG_0232.JPG

IMG_0240.JPG

IMG_0270.JPG

IMG_0271.JPG

 

06 mars 2015

POIDS LOURDS VERBALISÉS (779 PV) PAR VAO AVENUE DE LA MÉDITERRANÉE.

Suite à la mise en place de la Verbalisation Assistée par Ordinateur (VAO) sur l'avenue de la Méditerranée, proche des Pielettes, le syndicat des chauffeurs routiers conteste la légitimité de cette verbalisation alors que plusieurs panneaux indiquent l'interdiction aux plus de 5,5 tonnes, que cela fait des années que les entreprises de transport ont été alertées.

Concernant le "panneau de la discorde" dont fait part l'article, il s'agit d'un panneau du CG qui a été rectifié. Cependant lorsqu'il est franchi, plusieurs autres panneaux marquant l'interdiction, sont apposés bien en vue, le camion peut ainsi faire le tour du rond point.

La mairie a en sa possession plusieurs courriers qui ont été adressés aux entreprises rappelant l'interdiction, certains datant de ... 2009.

Les riverains excédés, attendaient depuis des années la mise en place d'un tel système afin d'apaiser la voie et  leur sommeil, ainsi que la dangerosité pour les piétons, du passage des poids lourds qui en plus d'être en effraction dur le tonnage, le sont également sur le dépassement de vitesse (limitée à 50 Kms heure en agglomération). La Provence publie leur point de vue et celui du maire.

Alain CROCE

P.S. Précision : L'argent des PV n'est absolument pas perçu par la commune.

 

La Provence 5 mars 2015 VAO POIDS LOURDS.jpg

09:52 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

04 mars 2015

Le Front National et ses propos nauséabonds ...

Le Front national

vide son sac d’ordures

GRÉGORY MARIN
MARDI, 3 MARS, 2015
L'HUMANITÉ
Florilège de propos nauséabonds distillés sur les réseaux sociaux par les candidats FN.
Afin d’accélérer son implantation locale, le parti d’extrême droite a recruté tous azimuts nombre de candidats très éloignés de la sphère républicaine. « Un sans-faute », estime pourtant Marine Le Pen.

Oui, il existe un « danger » Front national que la gauche – et cette partie de la droite qui ne l’a pas nourri de l’abandon de ses valeurs républicaines – doit reconnaître. Mais il ne suffit pas de crier au 21 avril pour inciter au vote utile, comme le font certaines écuries médiatiques et politiques qui, du coup, dédouanent les exécutifs, national et locaux, quand c’est leur absence de réponse politique à la crise économique et sociale qui fait le lit de l’empire Le Pen. Le danger, encore pointé hier par le secrétaire national du PCF, réside autant dans ce que le parti d’extrême droite ne dit pas clairement de ses projets antisociaux que dans ce que ses candidats révèlent, le plus souvent sur des réseaux sociaux utilisés comme déversoir d’une haine débordante. Que sait-on de la volonté des candidats frontistes de réserver le RSA aux « Français d’abord » ? Que dit le parti de Marine Le Pen sur la suppression de la clause de compétence générale des départements ? Des généralités, rabâchées lors de « formations » parisiennes auxquelles sont tenus de participer (sous peine d’être mal vus de la direction nationale) les candidats frontistes aux élections. Ainsi, au fil des articles de la presse régionale, visibles sur les sites des fédérations FN, les expressions « défense de nos départements » ou « sauvegarde du département » sont servies ad nauseam, alors même que la politique de la collectivité n’est que très rarement expliquée. Témoin cet article, fin janvier dans la Voix de la Haute-Marne, qui note que le binôme frontiste pour le canton de Chalindrey, Fabienne Millot et Gérard Terrillon, a « bien du mal à s’exprimer » sur les sujets départementaux : « Il va falloir qu’on soit un peu plus informé sur le sujet » ; ou encore : « J’aimerais connaître un peu mieux les tenants et les aboutissants », répondent-ils à propos de projets pourtant connus... Quant aux propositions déclinables, il leur aura fallu attendre l’édition d’un tract national, hier, rappelant un certain nombre de mesures, dont la « lutte contre le communautarisme dans les structures départementales en charge de la petite enfance » : « interdiction des signes religieux »... « comme le voile à la crèche », « respect de la laïcité », « refus du prosélytisme »... « islamiste ». On avait déjà lu ça quelque part.

Rien de nouveau qui justifie que le Front national se retrouve ainsi au centre du jeu médiatique, préalable plus que conséquence à sa position centrale dans le jeu politique. Pour un parti qui a su élargir son électorat en jouant sur son côté attrape-tout, l’essentiel n’est pas d’ailleurs de clarifier ses positions. Marine Le Pen l’a bien spécifié le week-end dernier devant un parterre de candidats FN : l’enjeu principal de cette élection tient au renforcement de sa présence.

C’est un « concours Lépine de l’abomination »

Lors de la convention Départementales 2015 de son parti, Marine Le Pen a motivé son auditoire, poussant les 7 648 candidats frontistes répartis dans 1 912 cantons à « dépasser la barre des 20 % », un seuil « fracassant » à atteindre pour, dit-elle, « influencer la politique menée dans les départements ». Quitte pour cela à ne pas être trop regardant sur les profils des candidats. Marine Le Pen l’avoue : « Ça n’a pas été facile, mais nous y sommes arrivés. » Pour boucler ses binômes, le FN de Haute-Loire a recruté six membres d’une même famille. Dans le canton d’Aubière (Puy-de-Dôme), le parti est allé chercher Pascal Bardin, condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir tenté d’écraser un piéton en mars 2014 : « J’ai voulu donner une leçon de morale à un bon petit Français, un Guadeloupéen, qui traversait en dehors du passage piéton », se défendait-il sur France 3 Auvergne. Parmi l’armée de candidats FN qui ne brillent ni par leur finesse ni par leur idéal républicain, combien passeront à l’acte ? Car les VRP locaux de la marque Le Pen ne font pas dans la dentelle, comme le rappelait le Parti communiste français lors d’une conférence de presse, hier. C’est un « concours Lépine de l’abomination », lâchait le porte-parole du PCF Olivier Dartigolles, commentant les déclarations insoutenables de candidats frontistes ou assimilés sur les réseaux sociaux. Un condensé de propos « délictueux, racistes, xénophobes, haineux », dont la mise bout à bout suscite écœurement et indignation. Certains (dans l’Aude) appellent à des « battues » anti-arabes, rappel des ratonnades des années 1970 et 1980 dans les foyers et campements des ouvriers immigrés. D'autres, à l’instar de Jean-Christophe Vee, dans l’Yonne, singent le « parler arabe » : « Nike ta mere raciste na din moumouk assedic caf » (sic). Racisme tout court, racisme social et pour finir, homophobie, comme en témoigne ce message sur Facebook de Roger Dohen, candidat dans le canton de Marck (Pas-de-Calais) : « Le mariage = un homme une femme. Ils en veulent toujours plus ses PD » (sic)… Dans un message vidéo du 27 février, le député européen FN, Gilles Lebreton, avait pourtant mis en garde : « Du militant de base à notre présidente, en passant par nos candidats et nos élus, nous devons tous êtres exemplaires. Nous devons rester calmes, résister aux provocations, toujours privilégier la prise de décisions réfléchies aux coups de gueule. » Savoureux, a posteriori…

À chaque jour son lot de déclarations scandaleuses

« S’ils sont élus », les candidats frontistes auteurs de ces propos « ne participeront pas aux groupes du Front national », promettait Marine Le Pen lors du 12-13 de France 3, dimanche. On peut en douter, car à ce jour, seuls Guillaume Jambard, en Gironde (« Travail, famille, patrie »), Alexandre Larionov, dans l’Aveyron (les « Juifs », une « race parasite » qui « merrite » (sic) une « mort cruelle ») et Thierry Brésolin, en Ardèche (« Marine, tu es la réincarnation d’Hitler. Toi, tu vas nettoyer la France ») sont officiellement sous le coup d’une exclusion. Ce qui d’ailleurs ne les empêchera pas de voter, voire de siéger aux côtés des élus FN, comme l’a longtemps fait le conseiller régional du Rhône Alexandre Gabriac (1). Pour les autres, la commission de discipline du parti d’extrême droite n’est pas près de se réunir. C’est que, malgré cette loi des séries qui voit chaque jour son lot de déclarations scandaleuses, « trop nombreuses pour qu’on avalise leur caractère anecdotique », selon le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, et qui « participe à la multiplication des actes antisémites et islamophobes », Marine Le Pen nie toute escalade. L’héritière de la haine familiale estime que « 99,99 % des candidats font un sans-faute ». La « dédiabolisation » est en marche.

(1) Avant de lancer le mouvement 
des Jeunesses nationalistes.



01 mars 2015

SIGNATURE EN MAIRIE D'UN NOUVEAU CONTRAT DE DÉVELOPPEMENT AVEC LE CONSEIL GÉNÉRAL.

Ce samedi 28 février, a été signé en mairie, par le maire et le président du conseil général, un nouveau contrat de développement pour les années à venir, qui permettra à notre commune de bénéficier d’importantes subventions pour des investissements futurs.

Ce qui permettra entre autre, la construction d’une nouvelle école dont l'emplacement est envisagé près du nouveau Centre Aéré Nelson Mandela. Les études vont êtres lancées au deuxième trimestre 2015.

En conclusion de cette signature, le maire Christian Amiraty a notamment déclaré:

« Merci aux élus de ma majorité municipale pour les très longues soirées de travail qui ont permis de définir le contenu de ce Contrat. Merci à toute l’administration et notamment à M. Vincent Royère, directeur général des DGS, pour le travail considérable effectué qui a conduit à cette signature. Et bien sûr merci au Président du CG13 qui nous fait confiance pour la bonne utilisation de cette aide considérable qu’il nous a accordée. »

 

 La Provence

La Provence 1 er mars 2015 signature PPI.jpg

20:01 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |