Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 juillet 2015

NEWZIK ET LE COLLECTIF MÉTISSÉ METTENT L'AMBIANCE A GIGNAC.

Dans le cadre des Festivales 2015 de Gignac La Nerthe, le parking du complexe sportif Carnus a fait le plein jeudi dernier, lors du concert donné par Newzic et le Collectif Métissé. L'après-midi c'est l'Espace Pagnol qui dés 17 H 00, offrait un spectacle de qualité avec trompette et chant, un duo de qualité des membres du groupe Newzik qui en soirée précédait sur scène le Collectif Métissé. La climatisation et le confort de places assises pour ce type de spectacle, permettait à nos anciens notamment, mais pas seulement, de passer un agréable après-midi musical. Félicitations au service Culture et Festivités pour ces beaux spectacles.

Alain CROCE

Résultat de recherche d'images pour "newzik gignac la nerthe" 

 Résultat de recherche d'images pour "newzik gignac la nerthe"

La Provence a "mélangé les photos"... et les groupes, dommage. 

soirée collectif métissé La Provence 27 juillet 2015.jpg

18:32 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

20 juillet 2015

ADOPTION DE LA LOI NOTRe. DÉCLARATION DU GROUPE CRC AU SÉNAT.

Que sont devenus les discours enflammés sur les communes et les départements ?

Nouvelle organisation territoriale de la République : conclusions de la CMP -

 Par / 16 juillet 2015   

Sénateur du Val de marne - Président du Conseil départemental

Membre de la commission des lois

À l’issue de la CMP et contre toute attente, la droite sénatoriale, en soutien de la majorité gouvernementale, a remis en cause trente ans de décentralisation. Que sont devenus les discours enflammés sur les communes et les départements ? Quelques heures ont suffi pour aboutir à un accord dans le dos des citoyens.

Le texte de la CMP est un bien mauvais signal pour notre République unitaire et décentralisée. Le regroupement autoritaire des communes, qui est en cours depuis des années, encouragé par les préfets, vide la démocratie territoriale de sa substance. La droite a capitulé en rase campagne sur le seuil de 15 000 habitants - 700 intercommunalités, des milliers de communes vont disparaître. L’objectif est toujours le même : éloigner les citoyens des centres de décision, faire des économies, ouvrir de nouveaux marchés aux grands groupes du CAC 40. Or l’échelon communal est la base irremplaçable de notre démocratie, il sort affaibli de dix ans de réformes chaotiques.

Après vous être attaqués aux communes, vous menacez les départements, comme le souhaitait la commission Balladur. Peu de collectivités territoriales revendiquaient la reprise des compétences sociales des départements, auxquels l’État doit 7 milliards... Même les transports scolaires leur seront retirés au profit des régions : belle pagaille et beau gâchis financier en perspective.

Une fois les conditions de leur affaiblissement réunies dans le périmètre des métropoles, il sera facile de les rayer de la carte - pour complaire à Bruxelles.

Les régions n’échapperont pas à la nouvelle tutelle de l’État avec le contrôle d’opportunité des préfets sur leurs schémas de développement. Ceux-ci, opposables, concrétisent la mise sous tutelle d’une collectivité territoriale par une autre.

Le processus de décentralisation est rompu. Nous ne pouvons l’accepter. Alors que la loi de 2010 sur l’intercommunalité rentre tout juste en vigueur, que l’on a redécoupé les régions en très grands ensembles, que de nouveaux exécutifs vont être élus, le transfert des nouvelles compétences sera source de nombreux dysfonctionnements.

Le groupe CRC votera contre ce texte - changements de pied du Gouvernement et navigation à vue prouvent l’absence de vision cohérente d’une décentralisation ambitieuse, porteuse de projets pour les territoires.

Nous le voterons d’autant moins que les dotations aux collectivités territoriales baissent de 28 milliards d’euros et que les régions, avec votre soutien, madame la ministre, revendiquent 50 % de la CVAE. Nous appelons élus locaux et citoyens à la mise en place d’une vraie décentralisation dans le cadre d’une VIe République.

10:22 Écrit par poutargue dans localité, National | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

25 juin 2015

INAUGURATION DE LA NOUVELLE PLACE DES TEMPLIERS.

100 000 € en plus pour la voirie.

La nouvelle place des Templiers a été inaugurée par le maire Christian Amiraty, en présence du président de la communauté urbaine MPM Guy Tessier. La Provence en a rendu compte (voir ci-dessous).

Soulignons ici avec satisfaction, l'annonce du président de MPM qui a abondé l'enveloppe des "travaux voirie" de 100 000 € supplémentaires pour cette année 2015. Ce qui représente un cinquième du montant total de l'enveloppe affectée pour Gignac. Il ne s'agit pas de l'enveloppe pour les grands travaux qui sont traités à part (ex. Jean Jaurès). Ce qui va permettre de réaliser des travaux supplémentaires sur une de nos voies qui en a bien besoin. Rappelons également que cette enveloppe budgétaire avait déjà été diminuée de 100 000 € en 2014 après l'élection de Guy Tessier à la présidence. Cette manne supplémentaire, juste avant l'entrée dans la Métropole en 2016, représente un juste retour des choses...

Alain CROCE

Adjoint Voirie, Déplacements, Propreté

 

La Provence 22 juin 2015 Inauguration Pce des Templiers.jpg

16:59 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

16 juin 2015

ÉMOUVANTE CÉRÉMONIE D'ADIEU AU PÈRE JEAN MENNESSON A GIGNAC.

IMG_0047.JPG

En cet après-midi orageux, la pluie se sera montrée clémente pendant les obsèques du curé du Rove et de Gignac, le Père Jean. Fort heureusement, notre municipalité avait anticipé la présence massive d'habitants du Rove, de Gignac ou de Châteauneuf, certains venants de bien plus loin... Le gymnase a été préféré à l'Eglise pour cette cérémonie exceptionnelle. Quelques 1200 personnes présentes pour dire adieu au Père Jean, un homme de Paix faisant l'unanimité au-delà des croyances ou pas des uns ou des autres.

Au cours de la cérémonie civile, les maires du Rove et de Gignac ont rendu un vibrant hommage au Père Jean qui aura passé près de 30 années au service des rovenains et des gignacais.

Suivie par la projection du film très applaudi, où le Père Jean s'est exprimé lors des vœux du maire de Gignac, après avoir reçu la Médaille de la ville, en janvier dernier, dans un discours résonnant comme un message d'espoir pour toutes les générations.

L'hommage des autorités religieuses ensuite, en présence de l’archevêque d'Aix et d'Arles, accompagné d'une quarantaine de prêtres, d'une chorale et de moments musicaux chargés d'émotion. Divers témoignages feront état du personnage Jean Mennesson, curé hors normes. De nombreux enfants émus, s'étaient installés assis à terre près du cercueil.

Des tonnerres d'applaudissements ont ponctué certains moments, marquant ainsi ce dernier adieu à un homme de foi qui aura marqué son époque.

Reposez en Paix Père Jean, ceux que vous avez connus et aimés ne vous oublieront jamais.

Alain CROCE

 

La Provence 13 juin 2015 ADIEU AU PERE JEAN.jpg

IMG_0001.JPG       IMG_0005.JPG

 Georges ROSSO maire du Rove                      Christian AMIRATY maire de Gignac La Nerthe

IMG_0019.JPG       IMG_0013.JPG

 Mgr l'archevêque                                            La famille et les élus

IMG_0018.JPG

      IMG_0025.JPG

 Les enfants                                                    Les prêtres

15 juin 2015

CONSEIL MUNICIPAL DU 11 JUIN. CLARTÉ ET TRANSPARENCE.

Le conseil municipal s'est réuni ce jeudi 11 juin 2015. Peu chargé en nombre de délibérations, il aura été rallongé du fait de la volonté de notre majorité de mettre un terme final (?) aux fausses déclarations en tout genre concernant le montant de la dette, sur des blogs où la vérité est étrangement absente. Les citoyens qui hésitent devant tant de mensonges sont invités à aller lire, lorsqu'il paraîtra le compte rendu officiel publié en mairie.

Ce conseil a débuté par un hommage du maire Christian Amiraty au Père Jean Mennesson, disparu dimanche dernier, suivi d'une minute de silence. 

Le maire a ensuite, là encore voulu donner des explications sur la décision du Conseil Constitutionnel de ne pas reconnaître ses comptes de campagne (municipales 2014), tout en rejetant la demande de M. Padilla, soutenu par M. De Pietro, d'invalider le résultat des élections sous des prétextes fallacieux présentés.

Un exemple. M. Padilla, ancien élu passé de la gauche à la droite, aujourd'hui proche de l'extrême droite, habitué des mensonges, a indiqué dans sa requête que M. Croce était à la fois président du groupe Gignac J'y Vis et de l'association Gignac J'y Vis. Tout le monde sait bien que l'association est totalement indépendante du groupe, Bernadette Muller assumant sa présidence en toute indépendance.

Ainsi donc, suite à une erreur de comptable qui n'a pas inséré la somme de 800€ aux comptes de campagne, ce qui correspondait à 3 réunions internes, ceux-ci ont été rejetés après la réintroduction de la dite somme, non pas parce que les comptes dépassaient le plafond fixé à plus de 17 000 €, la somme atteignant 14 800 € au total, mais parce que du coup la balance dépenses / recettes était devenue inégale. Le maire a indiqué qu'on était très loin de la somme de Nicolas Sarkozy aux présidentielles (rappel: 11 millions d'euros !) La somme sera donc remboursée, mais l'élection elle, est bel et bien VALIDÉE. Il n'y a eu aucune tricherie, seulement une erreur de comptable.

S'adressant à M. De Pietro, le maire lui a fait observer que lui et ses ex-acolytes de "gauche" n'ont jamais voulu reconnaître le résultat des élections depuis 2008, en appelant sans cesse à la Justice. Celle-ci a tranché à chaque fois, le résultat de 2014 nous confirme à nouveau dans notre élection par les citoyens..

M. De Pietro a d'ailleurs reconnu avoir eu lui des frais de campagne supérieurs à ceux du maire : je suis à 16 500 € a-t-il reconnu.

BUDGET : M. Royère, directeur général des services a présenté, documents à l'appui, les chiffres réels du budget de la commune. Pour ce faire, il a sollicité l'aide de M. Cordoliani, élu d'opposition afin de lui faire vérifier le bilan comptable, les textes officiels. Celui-ci a reconnu honnêtement avoir été en possession d'éléments inexacts. Des chiffres y compris pris sur le site de Bercy mais qui omettent de réintégrer à l'année, les restes à réaliser. La dette était donc bien de 12,5 millions d'euros fin 2007, bilan de 13 années de gestion calamiteuse de la droite gignacaise dont faisait partie M. De Pietro. CQFD.

Au 31 décembre 2014, la dette a été ramenée par notre majorité à 8,5 millions d'euros (moins 32 % sur 2007), l'annuité de la dette a été ramenée elle à moins 29 %. En clair, 8,7 % des impôts des gignacais ont été économisés. On est bien loin de la "faillite" annoncée, véhiculée par la droite et d'autres...

M. Cordoliani reconnaissant "être dans le faux", "s'être planté", ce qui est tout à son honneur, indique "qu'il ne répondra plus ici (au conseil) ou sur un blog, souhaite participer au futur de Gignac et ne plus parler de son passé."

Sur les délibérations présentées, abstention du FN sur l'adhésion au groupement de commandes du SMED (syndicat mixte départemental de l'énergie) concernant l'électricité. On se demande bien pourquoi, compte tenu que celle concernant le gaz a déjà permis d'économiser pour la ville, près de 22% sur sa facture grâce au groupement de commandes.

L'élection d'une commission pour un jury de concours devant désigner les architectes pour la construction d'une future école (ouverture prévue fin 2018) située près du centre aéré s'est traduite par l'élection de 4 membres pour la majorité, un pour l'opposition de droite. Les classes actuelles étant saturées, il devenait urgent de se projeter vers l'avenir.

Le maire expliquant que l'Etat peut dorénavant imposer la construction de logements sociaux, les préfets peuvent prendre la main sur les mairies carencées, comme nous. Le FN Trubert, s'est emporté dans une envolée digne de Jean Marie Le Pen, évoquant "le soviet suprême" à la tête de l'Etat, "la France aux français, qui ne sont plus chez eux", désignant le bouc émissaire : l'étranger...

Le président du groupe Gignac J'y Vis, Alain CROCE, au milieu du brouhaha provoqué par le FN a rétorqué : "Apparemment, vous n'aimez l'étranger que pour ses banques, pour y mettre les lingots d'or ou l'argent de Jean Marie le Pen !"

La dizaine de délibérations votées, traitaient de l'acquisition à l'euro symbolique de parcelles au bas de l'avenue des Pielettes ou au 39 rue de la République, de demande de subvention pour la vidéo protection, l'acquisition des murs du bar New Futuria, du tarif des spectacles et festivités ou de la perspective de vente de l'ancienne colonie de vacances de Seyne les Alpes. Une modification budgétaire traitant d'un abondement au budget de la somme de 15 517 €.

 Alain CROCE

Adjoint au maire

Président du groupe Gignac J'y Vis

La Provence 11 juin 2015 Comptes de campagne rejetés.jpg

La Provence 14 juin 2015 Budget vrais chiffres.jpg

 

14:14 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |