Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 août 2013

AVIONS SUR LE ROVE ET GIGNAC LA NERTHE. LES MAIRES EN PREMIERE LIGNE.

Suite au communiqué de presse des maires du Rove et de Gignac, Georges Rosso et Christian Amiraty, La Provence a publié hier l'article suivant. Les deux solutions préconisées par le sous-préfet, Simon Babre, nous conviennent parfaitement. "Faire respecter le couloir défini et dévier de quelques degrés vers l'Est les trajectoires actuelles au cas où la première solution ne serait pas suffisamment respectée."

Il faudra les faires respecter. L'intervention en parallèle du député PS de l'Estaque Jybrayel, "n'impacte pas Le Rove et Gignac", selon le directeur de l'aviation civile, puiqu'il s'agit d'atterrisage. Quoi qu'il en soit, en sachant qu'en matière d'atterrissage, c'est le pilote qui décide sa trajectoire, aprés avoir reçu l'autorisation de le faire, nous avons donc intérêt à rester vigilants...

Alain CROCE

Conseiller municipal

Conseiller communautaire MPM

 

La Provence 31 juillet 2013 NUISANCES AERIENNES ROVE ET GIGNAC.jpg


28 juillet 2013

Jean-Marc Coppola. « La métropole, pour moi, c'est non ! »

jmc_4 (800x623).jpg

 

Élu communiste marseillais et Vice-Président de la Région PACA, il réfute les arguments des partisans du projet Lebranchu.

La Marseillaise. Après le vote en première lecture à l'Assemblée du projet Lebranchu vous réaffirmez votre opposition à la métropole. Pourquoi ?

Jean-Marc Coppola. Le texte n'a pas été modifié par rapport à ce que proposait le Gouvernement, nos critiques restent donc inchangées. Même si la partie sur Marseille ne pourra plus être discutée au Sénat, le projet de loi y retournera dans sa globalité. Un nouveau vote aura lieu. Par ailleurs, nous demandons la tenue d'un référendum pour que les citoyens concernés puissent se prononcer. La métropole, pour moi, c'est non ! Ce projet antidémocratique qui éloigne les citoyens des centres de décisions est nocif pour le territoire. Nous continuerons de le combattre pour qu'il ne s'applique pas, de même qu'en leur temps la loi Marcellin de 1972 ou la réforme territoriale de Nicolas Sarkozy

La Marseillaise. Les partisans de la métropole martèlent qu'il s'agit d'un moyen pour sortir Marseille du marasme. N'êtes-vous pas d'accord en tant qu'élu marseillais ?

Jean-Marc Coppola. Je suis pour la commune de Marseille, pour des coopérations intercommunales renforcées, avec également le Département et la Région. Et je plaide pour un grand plan d'aide de l'État à la deuxième ville de France. Ceux qui disent que la métropole va aider Marseille racontent des histoires. Plus qu'une ville pauvre, Marseille est une ville très inégalitaire. Quatrième de France en nombre de redevables à l'ISF, elle accueille des quartiers parmi les plus défavorisés nationalement. Elle manque avant tout de moyens pour répondre aux besoins des travailleurs, des habitants, or ce que propose la métropole, c'est le partage de la misère. Le gouvernement dit aux parlementaires « votez la loi, on verra plus tard pour les moyens ». Ceux qui ont approuvé ce chèque en blanc se sont fourvoyés : en réalité, le but du Gouvernement est de mettre en commun des dotations de l'État qui sont en baisse pour chaque collectivité. Dans ce cadre, les inégalités se creuseront.

La Marseillaise. Vous parlez d'une loi d'inspiration ultralibérale. Pour quelles raisons ?

Jean-Marc Coppola. L'objectif idéologique de la métropole qui est une recentralisation, c'est d'éloigner les citoyens du pouvoir de décision pour laisser la main aux logiques financières, aux banques et à la recherche de profit. Les Maires, l'échelon communal, suscitent la confiance des populations. En les affaiblissant, en affaiblissant la démocratie de proximité, le projet du gouvernement prend la responsabilité de dégrader encore le rapport des citoyens à la politique. il vise à généraliser l'austérité en ligotant toute liberté d'action politique progressiste au niveau local. Prenons l'exemple des transports, brandi par la Chambre de commerce et le patronat. La métropole n'aura pas la compétence unique et les projets alternatifs portés par les élus montrent qu'elle n'est en rien une nécessité pour engager des coopérations à l'échelle du territoire. En revanche, elle menace directement la gratuité mise en œuvre dans le Pays, d'Aubagne et de l'Étoile, une avancée progressiste à valeur d'exemple qui est insupportable pour le patronat et les tenants du régime sec, autrement dit de l'austérité.

La Marseillaise. Comment envisagez-vous de porter le sujet « métropole » lors des municipales ?

 

Jean-Marc Coppola. Je le disais, nous proposons des, référendums sur les territoires concernés par la loi métropole. Mais, quoi qu'il arrive, les municipales de 2014 seront un moment d'expression démocratique, d'exercice de la souveraineté populaire sur la question de la métropole prévue pour 2016 dans le projet du Gouvernement. A Marseille, les élus communistes et du Front de Gauche sont les seuls à parler d'une voix différente dans l'intérêt des populations. Quand des candidats à la primaire socialiste font des propositions qui peuvent être intéressantes, je dis : « Attention, la métropole sera un obstacle supplémentaire à leur réalisation. » Au Front de Gauche, nous poursuivons notre travail de construction avec les citoyens d'un projet portant l'ambition de donner à Marseille les moyens de répondre aux défis qui lui sont posés en termes de logement, de transport, d'emploi, d'écologie…

Propos recueillis par Léo Purguette (La Marseillaise, le 26 juillet 2013

07:58 Écrit par poutargue dans Infos côte bleue, National | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

22 juillet 2013

TRANSPORTS. ACCORD OBTENU AVEC MPM POUR GIGNAC, ST VICTORET, MARIGNANE...

Les nouveaux tarifs viennent d'être présentés avec la carte Trans pass par MPM. Comme l'indique l'article du journal La Provence, pour l'instant les habitants des communes de Gignac La Nerthe, St Victoret et Marignane, qui dépendent du réseau du SMITEEB, Bus de l'Etang ne sont pas inclus. Je suis intervenu à plusieurs reprises sur ce sujet au conseil du SMITEEB, à MPM en séance et y compris il y a quelques jours à une réunion de travail avec Eugène Caselli, le président de MPM. Celui-ci a convenu et je m'en félicite, que la carte Transpass allait être étendue avant la fin de l'année 2013 à nos trois communes des Bus de l'Etang, le temps d'élaborer une convention qui sera proposée au SMITEEB et votée en séance à MPM. 

Alain CROCE

Conseiller municipal de Gignac La Nerthe

Conseiller communautaire MPM

Délégué au SMITEEB.


La Provence 18 juillet 2013 TARIFS TRANSPORTS.jpg

18 mai 2013

Plan des Déplacements Urbains (PDU 2013 - 2023). Un plan très perfectible

 

Les élus communistes de la Communauté Urbaine de Marseille ont déposé hier leurs mémoires sur le PDU. Ils pointent le manque d'ambitions et de vision du document.

 La Marseillaise 18 mai 2013 - PDU (2) (800x391).jpg


La Marseillaise, le 18 mai 2013

Pour accéder au dossier déposé avec nos 21 propositions, cliquer sur le lien suivant:

 21 PROPOSITIONS GROUPE CRC MPM SUR PDU 2013 - 2023.doc

 

22:05 Écrit par poutargue dans Infos côte bleue, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

27 octobre 2011

Le service public fonctionne mieux que le privé

Voici ce qui est paru dans la Marseillaise du mardi 25 octobre. Sachez que le journal La Marseillaise consacre une page à la ville de Châteauneuf tous les mardi, jeudi et samedi. Alors n'hésitez pas à l'acheter ces jours plus particulièrement. Et surtout faîtes le savoir car c'est un outil important pour diffuser y compris nos actions.

C’était une réunion somme toute anodine aux services techniques de la ville de Gignac qui accueille également les services de la Communauté urbaine de Marseille. Mais en fait pas tant que cela… Les acteurs publics de la collecte des déchets ménagers avaient en effet rendez-vous avec le maire, Christian Amiraty, Alain Croce, Conseiller communautaire et les responsables administratifs de la CUM pour faire un point d’étape sur le tri sélectif. « Aujourd’hui nous souhaitions marquer auprès des personnels impliqués dans la collecte sélective le passage réussi dgignac tri.jpgu privé au public. En plein mois d’août ce n’était pas évident que les salariés du public soient capables d’absorber un travail supplémentaire même si une forme de substitution s’est opérée entre collecte traditionnelle et collecte sélective. Il y a encore des choses à améliorer, quelques endroits à voir mais le premier bilan est extrêmement positif. C’est le service qui gagne dans cette affaire », devait nous dire Christian Amiraty, visiblement très heureux de cette initiative somme toute anachronique à la Communauté urbaine où la collecte des déchets et sélective est confiée prioritairement au privé.

Lire la suite

18:01 Écrit par poutargue dans Infos côte bleue | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |