Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 décembre 2016

GIGNAC. LA PREMIÈRE CRÈCHE PASTORALE VIVANTE A EU UN VIF SUCCÈS...

Cette première organisée par la paroisse et son nouveau curé, le père Henri, digne successeur du père Jean, fut un véritable succès populaire. Dès 14 heures, un interminable défilé de spectateurs grimpe le chemin de la Chapelle à Gignac La Nerthe pour se rendre vers la chapelle St Michel située dans les collines de la Nerthe sur le territoire du Rove.

Selon la police municipale, qui régule et sécurise ce flot incessant de personnes jeunes ou moins jeunes, il y a plusieurs centaines de participants.

Pourtant les personnages de cette crèche vivante, jouant les actes de la pastorale Maurel*, n'ont pas choisi le chemin le plus facile pour escalader la colline escarpée. Sous la houlette du conteur provençal du Rove Francis Montalban, la foule suit les anges, bergers, chasseurs, meuniers, rémouleur, diseuses d'aventure, boumian et autres personnages sortis tout droit de la pastorale provençale, car comme le dit la chanson de Michelle Torr, "Jésus n'est-il pas né en Provence" ? Toutes les bêtes y sont aussi, moutons, âne .... accompagnant ou précédant tout ce monde à la chapelle ! 

Tout cela dans une ambiance bon enfant où ceux qui croient au ciel, quelle que soit leur confession et ceux qui n'y croient pas, sont gagnés par cet enthousiasme collectif où tout le monde a le sentiment d'appartenir au même monde. Certains gignacais avouant même qu'ils n'étaient jamais montés jusqu'à cette chapelle dont la vue surplombe l'Etang de Berre. Un lieu choisi par les Templiers pour dominer la vallée en leur temps...

Dans ces dernières semaines maussades où les mauvaise nouvelles de catastrophes se succèdent, cela fait du bien. C'est peut-être cela la magie de Noël, n'en déplaise aux mauvais coucheurs qui souvent dissertent sur les initiatives qui relèveraient du cultuel pour mieux s'attaquer à ce qui relève du culturel.

Il en va ainsi du débat sur la présence ou pas des crèches dans les lieux publics et peut-être un jour du père Noël** qui appartient aux rites païens et que d'aucuns voudraient peut-être supprimer.

 Il est sans doute réconfortant de mesurer le succès populaire d'une telle initiative à l'aune de la participation. Et cela, ça ne trompe pas ... Félicitations aux organisateurs, aux figurants et au public. A la prochaine édition sans doute ?

Bonne fin d'année à tous et à l'an que ven. 

 

Alain CROCE

*Pastorale la plus renommée en Provence, elle est créée en 1844 par Antoine Maurel ouvrier marseillais tonnelier, doreur, miroitier, comptable puis... directeur du dépôt de mendicité (entre hospice et prison pour mendiants...)

**L'historiographie du père Noël est très complexe selon les régions du monde. Habillé de vert ou bleu dans les années 1870 - 1890, son manteau rouge ne daterait qu'un peu avant 1914. En 1951 son effigie fut même brûlée publiquement par le clergé bourguignon heurté par ce personnage païen. (Lire le Père Noël supplicié de Claude Lévi-Strauss).

Voir également reportage de Pierre Madec photographe sur le site suivant: http://www.provencetraditionsphotos.fr/

(Cliquer sur la photo pour agrandir)

IMG_2898.JPG       IMG_2908.JPG

IMG_2903.JPG       IMG_2910.JPG

IMG_2909.JPG       IMG_2912.JPG

IMG_2914.JPG      IMG_2916.JPG

IMG_2922.JPG       IMG_2918.JPG

IMG_2920.JPG      IMG_2923.JPG

IMG_2925.JPG       IMG_2927.JPG

IMG_2928.JPG       IMG_2929.JPG

IMG_2932.JPG       IMG_2938.JPG

IMG_2942.JPG       IMG_2941.JPG

 La Provence

 

 

la Provence 27 décembre 2016.jpg

18:08 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (1) | Lien permanent |  Facebook |

01 décembre 2016

AUTRES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 NOVEMBRE 2016.

Afficher l'image d'origine

 

Après le débat sur la réorganisation de la police nationale sur notre secteur (voir sur post précédent), 14 délibérations ont été discutées à ce même conseil municipal.

01- Admission en non valeur et créances éteintes (régularisation des impayés avec le Trésor Public)

02 - Décision modificative N°1 - Budget primitif 2016 (procédure budgétaire habituelle)

03 - Réforme de véhicules, mobiliers et matériels divers (matériel et véhicules obsolètes)

04 - Réforme de 8 bungalows au chemin des Brousses (Figueroles). Vont être remplacés par des appartements locatifs neufs à construire. Il s'agit de reloger de vieux travailleurs qui vivaient dans des logements indécents depuis des années...

05 - Régularisation de divers contrats jeunes (CUI, CAE, contrats avenir)

06 - Modification du tableau des emplois : création de 2 emplois permanents titulaires (police municipale)

07 - Création de postes de vacataires (essentiellement pour l'animation scolaire et péri-scolaire)

08 - Orientations générales du PADD (il s'agit du projet communal), élaboration du PLUI (Plan Local d'Urbanisme Intercommunal), avec avis de la commune

09 - Acquisition lots et parcelle sis 4 avenue de la République

10 - Acquisition de deux locaux commerciaux (ex terrain Météo) La Mousseline

11 et 12 - Cession d'une emprise de terrains à deux riverains avenue des Pielettes

13 - Régularisation foncière avenue du Bosquet (cession parcelle communales à l'euro symbolique) à la Métropole

14 - Acquisition de parcelles cadastrées situées avenue de La Pousaraque (lieu dit la Ferme), partie de terres à urbaniser que la mairie veut préserver en terres agricoles, avec un futur projet.

Toutes ces délibérations votées à l'unanimité par la majorité, ont donné lieu parfois à certains votes curieux de la part du FN dont les représentants ont souvent du mal à comprendre le fonctionnement d'une municipalité, du service public et de la légalité de la Fonction Publique régie par des lois de La République. La méconnaissance des dossiers et des règles de la Fonction Publique est édifiante...Inquiétant pour des prétendants à des fonctions locales ou nationales !

La droite, par son chef de file M. De Pietro, a tenté piteusement de répondre aux questions posées lors du dernier conseil municipal sur les recrutements massifs qu'elle opérait lorsqu'elle était aux affaires, pendant les périodes électorales. Quand elle basculait des emplois qui n'avaient rien à y faire sur le budget du CCAS, pour masquer ainsi les chiffres de la masse salariale budgétaire de la mairie.

Bien du mal aussi à comprendre également les uns et les autres pourquoi notre municipalité achetait des commerces anciens ou nouveaux, afin de les relancer ou de les préserver de certaines convoitises.

Le comble, une élue FN intervenant sur un terrain cédé à un euro symbolique au conseil départemental, afin de régulariser son appartenance, pour pouvoir réorganiser la RD 368, se trompant carrément de terrain et arrêtant ainsi son intervention devenue inutile. Folklorique !

La "conseillère régionale" FN, atteignant un sommet, en demandant de ne pas acquérir les parcelles pour les rendre agricoles, confondant budget d'investissements et de fonctionnement, demandant de mettre l'argent dans un mur en béton (même si anti-bruit) alors qu'à la réunion publique elle se plaignait du "bétonnage" de la ville.

Fort heureusement, en expliquant patiemment aux élus de l'opposition, notre majorité a adopté des délibérations qui vont encore participer à l'amélioration du Gignac de demain tout en préservant notre zone agricole avec pas mal de projets dont on reparlera.

Alain CROCE

Adjoint au maire

Président du groupe Gignac J'y Vis

18:13 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

30 novembre 2016

LA RÉORGANISATION DE LA POLICE NATIONALE EN DÉBAT AU CONSEIL MUNICIPAL DE GIGNAC LA NERTHE.

 

Le conseil municipal réuni hier soir, qui avait une quinzaine de délibérations à l'ordre du jour, a fait l’objet d’un débat supplémentaire. Le maire Christian Amiraty avait prévenu les présidents des groupes de la majorité et de l’opposition, qu’il demanderait à chacun de prendre position concernant le projet annoncé dans la presse de réorganisation de la police nationale sur notre secteur. Projet qui a provoqué la colère des policiers des commissariats de Marignane et de Vitrolles qui ont manifesté devant leur mairie et sur l’autoroute A 7 la semaine dernière.

Pour le groupe Gignac J’y Vis, composante de la majorité municipale qui regroupe communistes et société civile, Alain Croce président du groupe a fait la déclaration suivante.

 

Police-Nationale.jpg

« Au cours de la réunion publique organisée jeudi dernier sur les thèmes de l’Education et de la SÉCURITÉ, M. le Maire a donné la parole à plusieurs reprises au cours de cette soirée à notre invité le commissaire de Police de notre secteur, celui de Marignane- St Victoret-Gignac La Nerthe.

Celui-ci n’a à aucun moment informé M. le Maire, les élus présents et le public, d’une prochaine réorganisation de la Police Nationale de notre secteur. Or nous apprenons avec surprise dans le journal  la Provence du lendemain que prochainement les commissariats de Marignane et de Vitrolles vont être regroupés au nom d’une efficience des moyens et d’une meilleure adaptation des effectifs.

Nous y apprenons également que les policiers des deux communes se sont réunis lundi dernier devant leurs commissariats respectifs et ont manifesté leur colère sur ce rapprochement sans concertation des deux commissariats, qu’ils ont organisé une opération escargot sur l’autoroute A 7 en guise de protestation. Selon la Direction Départementale de la Sécurité Publique qui reconnaît ce projet, les deux sites seraient conservés, mais à Marignane ne resterait que le pôle judiciaire et Vitrolles serait dédié à la voie publique, les effectifs effectuant des rotations selon les besoins. Seuls les dépôts de plaintes seraient maintenus sur les deux commissariats.

D’autre part, apprenant le même type de réorganisation sur Plan de Cuques, Martigues et Istres, ainsi que les 15 ème et 16 ème arrondissements de Marseille, cela amène la réflexion suivante de la part du groupe Gignac J’y Vis.

Nous assistons là encore à une recentralisation des moyens de fonctionnaires de police, s’éloignant un peu plus du rôle régalien de la Police Nationale, tournant nettement le dos à la police de proximité (d’ailleurs supprimée par Sarkozy, ministre de l’intérieur en 2003). Est-ce la réponse du gouvernement au large mouvement des policiers nationaux qui ont pendant des semaines, revendiqué moyens en matériel et effectifs supplémentaires ?

Le préfet de police M. Laurent Nunez, qui a reçu jeudi dernier le président du groupe communiste au conseil municipal de Marseille sur cette question, a assuré à Jean Marc Coppola « que rien n’était encore tranché, qu’il allait rencontrer les organisations syndicales de la Police qui ont révélé l’information à la presse. »

Il n’y a pas de fumée sans feu. Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup…

Ce n’est pas sans rappeler ce que nous voyons sous le vocable de réorganisations à la Poste (motion adoptée au dernier conseil municipal), dans la Santé avec la recentralisation des hôpitaux (845 millions d’euros d’économie envisagés pour 2017) ou aux Finances Publiques. Tous les services publics sont touchés, c’est la population qui en fera les frais.

Les annonces de suppressions de centaines de milliers d’emplois de fonctionnaires par des prétendants à la présidence de la république ne nous rassurent pas plus dans un tel contexte.

Nous subissons déjà le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, les 250 millions d’€ alloués aux équipements des policiers sont loin d’être suffisants au vu de la situation dégradée de leurs conditions de travail. Quand on sait le manque criant d’effectifs dans ce secteur où sont recensées quelque 18 millions d’heures supplémentaires, on comprend la colère des policiers, notamment ceux de Marignane et de Vitrolles.

La Police Municipale n’a pas vocation à se substituer à la Police Nationale. Cependant, que signifieraient les efforts de notre municipalité en matière de Police Municipale en effectifs et en moyens alors que l’on assisterait à l’éloignement et à la déliquescence de la Police Nationale ?

 Le groupe Gignac J’y Vis est totalement opposé à la réorganisation envisagée et soutient les policiers nationaux en colère. Nous soutiendrons notre municipalité dans toutes les initiatives nécessaires à prendre, afin de  sensibiliser notre population qui subit déjà le manque d’effectifs et de moyens de notre  police nationale, à s’opposer à cette réorganisation alors que la population des villes va augmenter partout.

La vocation d’une véritable police nationale et de ses agents, c’est d’être des gardiens de police garants de la Paix et de la Sûreté Nationale, de la protection des biens et des personnes dans un pays démocratique, au service de nos concitoyens. »

Alain CROCE

Adjoint au maire

Président du groupe Gignac J'y Vis

Après les différentes interventions des groupes unanimes sur ce point, le maire a indiqué faire remonter aux instances policières et préfectorales la position de notre municipalité et prendra des initiatives face à ce projet rejeté par tous.

 LA PROVENCE

La Provence 25 nov 2016 fufim police nationale.jpg

18 novembre 2016

GIGNAC LA NERTHE. SUITE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 10 NOVEMBRE 2016.


Au-delà de la délibération N° 8 sur la Poste (voir 1 ère partie du compte rendu) que semble n'avoir toujours pas digéré M. De Pietro qui par blogs de droite interposés revient sur sa haine envers la CGT, affirmant des contre vérités habituelles qui ne méritent que mépris..... Il y avait 7 autres délibérations à l'ordre du jour.

N° 00 et 1, l'approbation du compte rendu du conseil municipal précédent et des décisions municipales du maire qui ne donnent pas lieu à des votes.

N° 2 - Organigramme général des services. Majorité / Droite POUR, abstention FN.

rifseep-IMAGE.gif

N° 3 qui concernait le Régime Indemnitaire des AGENTS TERRITORIAUX tenant compte des Fonctions, des Sujétions, de l'Expertise et de l'Engagement Professionnel (RIFSEEP) et du Complément Indemnitaire annuel. Une loi votée malgré l'opposition de la quasi unanimité des organisations syndicales.

Là encore la droite s'est illustrée de piètre manière dans le débat. En mars se servant d'un tract... CGT pour intervenir, aujourd'hui osant parler "de prime à la tête du client", chose dans laquelle elle a excellé. C'est la droite qui a mis en place des lois en ce sens sous Sarkozy, même si leurs prédécesseurs avaient ouvert la voie ... Alors qu'aujourd'hui la droite annonce si elle est élue en 2017, jusqu'à 500 000 suppressions d'emplois dans la Fonction Publique !

Il s'agissait de la reprise de la délibération déjà votée le 26 mars 2016 qui concernait alors la catégorie A, étendant le RIFSEEP aux 4 cadres d'emplois de la catégorie B à compter du 01/12/2016. La catégorie C pas encore concernée pour l'instant.

Le RIFSEEP se substitue à l'ensemble des primes ou indemnités versées antérieurement, hormis celles pour lesquelles un maintien est explicitement prévu. Cette prime est versée aux fonctionnaires stagiaires et titulaires ainsi qu'aux agents contractuels de droit public en fonction du groupe de leur fonction.

Ce nouveau régime mis en place pour la Fonction Publique de l'Etat est transposable à la Fonction Publique Territoriale. Il est composé d'une part fixe (IFSE) et d'une part variable (CI) lié aux critères d'évaluation du personnel. Bien évidemment, et les organisations syndicales le disent nationalement, le choix est contestable mais il découle d'une loi que les communes ont l'obligation d'appliquer. Il s'agit pour nous de ne pas léser les agents municipaux.

La façon dont chaque commune le met en place permet de ne pas appliquer à la lettre, la physionomie de la réforme. C'est ce que nous faisons à Gignac La Nerthe. Les organisations syndicales l'ont très bien compris lors du Comité Technique du 7 novembre, en s'opposant à la loi, mais pas à son application à Gignac. Nous avons fait le choix du maintien du pouvoir d'achat des agents TOUS LES MOIS et non pas annuellement. Il n'y aura pas de perte de rémunération, des agents vont même percevoir plus.

D'autre part, la PRIME DE FIN D'ANNÉE est maintenue, malgré des suppressions dans certains endroits. On privilégie le fixe au variable.

MAJORITÉ VOTE POUR. ABSTENTION DROITE ET FN. 

N°4 - Demande de subvention au conseil départemental. Travaux divers dans l'église.

La commune est propriétaire du bâtiment et se doit de le maintenir en état. Celui-ci en avait bien besoin.

 VOTE UNANIME.

N°5 - Cession d'une parcelle communale constitutive du projet immobilier "La Mousseline" (ex terrain Météo). Il s'agit de parcelles communales qui font partie du projet immobilier (logements et commerces) dont les travaux vont commencer en début d'année.

MAJORITÉ POUR - ABSTENTION FN ET DROITE.

N° 6 - Avenant à la convention avec la société Bouygues Télécom pour une antenne existante (station radioélectrique) depuis plusieurs années. Il s'agissait de revoir le prix de la location payée par Bouygues à la hausse. La redevance à la commune passe de 4 477,81 € nets à 8 000 € nets après négociation. Difficile de faire mieux.

VOTE UNANIME.

 N° 7 - Régularisation foncière de l'emprise de l'avenue Jean Jaurès à l'euro symbolique de bandes de terrain à détacher de parcelles cadastrées. ceci pour permettre les futurs travaux de voirie de requalification de cette avenue en 2017.

MAJORITÉ ET DROITE POUR. ABSTENTION FN (???).

Alain CROCE

16:12 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

16 novembre 2016

GIGNAC LA NERTHE. LA DIMINUTION DES HORAIRES DE LA POSTE EN DÉBAT AU CONSEIL MUNICIPAL.

conseil municipal du 10 novembre voeu sur la Poste.jpg

La séance du conseil municipal du jeudi 10 novembre avait à son ordre du jour une délibération concernant la diminution des horaires d'ouverture de La Poste depuis septembre 2016. Présentée une première fois par le groupe Gignac J'y Vis (communistes et citoyens) lors du dernier conseil du 18 octobre sous forme de vœu, cette délibération avait été repoussée par le groupe de droite LR, Gignac Autrement. Au motif d'un délai de 8 jours non respecté, alors qu'il était présenté sous forme de vœu sur table, M. De Pietro, président du groupe de droite, qui semble n'avoir cure de la gêne occasionnée à nos concitoyens par cette réduction d'horaires, avait pris ce prétexte pour renvoyer à plus tard ce vœu. Nous avons donc par clarté reporté ce vœu qui est devenu une délibération officielle du conseil municipal. Le débat a clairement montré quel était le camp de M. De Pietro, qui "avait besoin de temps pour mieux se renseigner sur La Poste". Bien lui en pris ! A la lecture de la délibération que je présentais, celui-ci m'interrompit qualifiant de "faux" ce que je disais. "Il connaissait quelqu'un qui lui avait dit que..." Comme à son habitude, il s'est empêtré dans une diatribe incohérente confondant même facteurs et guichetiers, parlant "d'adaptation nécessaire de La Poste à la concurrence"... Bref tout le discours des Sarkozy, Juppé, Fillion et consorts qui promettent du sang et des larmes aux fonctionnaires s'ils revenaient au pouvoir, évoquant tous, comme programme pour 2017 entre 300 et 500 000 suppressions d'emplois de fonctionnaires. Les personnels de la Santé, des finances, les policiers... Tous en action actuellement face au nombre insuffisants d'emplois publics apprécieront.

A tel point, qu'un élu de son groupe, attaché au service public, a voté avec le reste des élu-e-s du conseil cette délibération (26 pour, 3 contre).

Les citoyens et les fonctionnaires jugeront... En ce qui nous concerne, nous poursuivrons notre action pour nous opposer à ces mauvais coups, à la Poste comme d'ailleurs  nous le faisons à la SNCF, pour la défense de la gare de Pas des Lanciers. Par ailleurs nous reviendrons sur les autres délibérations.

 

Alain CROCE

Adjoint au maire

Président du groupe Gignac J'y Vis.

image facteur nouveau.jpg

 

 

VŒU ADOPTE PAR DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL

DE GIGNAC LA NERTHE

Séance du 10 novembre 2016

 

Défendre et développer

le service public de la Poste

 

Nous décidons de lancer un appel à toutes nos concitoyennes et concitoyens pour défendre et développer le service public de la Poste.

L’objectif principal du contrat de présence postale territoriale pour les 3 ans à venir, en cours de discussion entre La Poste, le gouvernement et l’AMF (Association des Maires de France, qui vient de le refuser), au nom de « l’adaptation du réseau aux contraintes économiques » est la fermeture de très nombreux bureaux de poste, en continuant les fermetures dans le monde rural, et en les accélérant dans les villes. Il s’agit de passer d’un réseau où les bureaux de poste étaient largement majoritaires, encore en 2014 (ils ne sont plus aujourd’hui qu’à 54 %) à un réseau largement dominé par les « partenariats » où les bureaux de poste seront en forte régression. Le nombre de points de contacts restant inchangé (17 000) puisque les BP seront transformés en agences postales communales ou en relais commerçants.

Dans un premier temps comme ici à Gignac La Nerthe, il s’agit de réduire les horaires d’ouverture au public. Ainsi notre municipalité a reçu le directeur du secteur qui couvre les bureaux de Châteauneuf, La Mède, Le Rove et Gignac. Celui-ci nous a présenté les nouveaux horaires qu’il a mis en application depuis le 12 septembre 2016.

Après avoir constaté un amoindrissement des horaires d’ouverture au public avec le retard de l’horaire d’ouverture matinale de 8 h 30 à 9 H 00, la fermeture systématique du jeudi après-midi, notre municipalité, après avoir entendu les explications du cadre de La Poste, lui a signifié notre profond désaccord sur le fond sur cette orientation de La Poste, sur la réduction du service rendu au public  (30 H hebdo au lieu de 34 H en avançant l’ouverture à 14 H 00 l’après-midi) . Nous lui avons développé les objectifs non avoués poursuivis par La Poste et notre connaissance de ceux-ci tout en comprenant sa démarche dans un cadre réduit avec les moyens qu’on lui accorde.

Ainsi pour imposer cette régression du service public, il faut lever l’obstacle de l’opposition des maires, des conseils municipaux, de l’action des usagers et des syndicalistes dans les territoires. Il est donc créé 3 sortes de points de contacts. Pour ceux qui relèvent du fonds de péréquation, il y a encore besoin de l’accord du maire et du conseil municipal. Mais pour ceux qui ne relèvent pas du fonds de péréquation et qui ont plus de 18h d’horaires hebdomadaires, il n’y aura plus de diagnostic partagé, ni d’accord préalable du maire et du conseil municipal pour fermer le bureau de poste. Or, aucun bureau de poste ne doit évoluer sans l’accord préalable du conseil municipal et des CDPPT (Commissions Départementales de Présence Postale Territoriale).

Cette politique s’accompagnera de la création de MSAP, maisons de services au public, et des facteurs guichetiers. L’objectif de ces MSAP rejoint celui des missions nouvelles confiées aux facteurs pour compenser la régression des services publics sociaux et de santé, missions financées par les habitants concernés.

La Poste deviendrait la béquille de cette régression généralisée.

Il est possible de mener un combat offensif pour faire de ces MSAP des « MSP », de véritables maisons de services publics, en posant des conditions de créations d’emplois en nombre suffisant, de formation des salariés concernés, de gestion démocratique et participative de ces maisons de service public.

La Poste doit orienter sa politique vers ce qui est sa mission : le service public, et non pas empocher le CICE (300 millions par an) pour supprimer des emplois et privilégier la rentabilité financière.

Le conseil municipal de Gignac La Nerthe se prononce :

  • contre la diminution des horaires d’ouverture de La Poste de Gignac La Nerthe au public,
  • pour une réorientation de La Poste vers un service public rénové et modernisé.

(Seuls 3 élu-e-s de droite LR – « Gignac autrement » se sont abstenus, un a voté pour).