Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 juillet 2014

GIGNAC. 26 DELIBERATIONS AU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 JUILLET .

 Ce conseil municipal comprenait 26 délibérations. Certaines ont notamment provoqué un débat avec l’opposition, un compte rendu incomplet sur certains blogs de droite où bien évidemment tout ce qui a été dit, surtout par le groupe Gignac J’y Vis est comme d’habitude soumis à une sélective restitution.

Tout d’abord, interpellé par le FN sur l’ADSL et le retard pris sur son extension, j’ai dû rappeler la longue lutte menée avec le collectif ADSL afin de parvenir à un accord avec Orange ? Le SEUL dans le département. Le basculement de près de 1650 foyers se fera mi-septembre. Ce retard est dû à SFR qui a demandé 10 semaines supplémentaires de délai, n’étant pas prêt et à Bouygues dont les 130 abonnés ont été quasiment abandonnés par cet opérateur.

La délibération N° 5 a entraîné, alors qu’il ne s’agissait que de légaliser le fait qu’une conseillère municipale déléguée renonçait à percevoir son indemnité, une attaque contre elle sur sa domiciliation gignacaise. Celle-ci excusée, répondra sans doute, selon le maire dès son retour. Le FN ne faisant que rapporter les ragots véhiculés par le blog des « anonymes » bien connus à droite…

Concernant les droits du personnel municipal, il a été acté la création d’un CHSCT (comité d’hygiène et sécurité) commun avec le CCAS, le nombre de représentants y siégeant, ainsi qu’au Comité Technique.

Les délibérations 9 et 10, traitant du dépôt d’archives complémentaires de la commune aux archives départementales des Bouches-du-Rhône. Celles-ci restant la propriété de la commune seront accessibles au public. Ainsi que la création d’un service municipal des archives.

La création également (N° 11) d’un service « logistique et manifestations » dédié aux manifestations diverses, aux cérémonies, etc…

Ces services créés n’occasionnant pas de créations d’emplois, se feront sur redéploiements internes.

La délibération N° 12 traitant d’une modification du règlement des activités de la DEJES (direction enfance, jeunesse, sport)  afin de permettre aux agents titulaires et non titulaires de la collectivité , de bénéficier de la tarification, sans condition de résidence.

Il en va ainsi de la régularisation des familles hébergées sur la commune, sur présentation de justificatifs et d’avis d’imposition. (Les élus FN votant contre, ceux de droite s’abstenant).

La délibération N° 13 portait elle sur la modification des tarifs de la régie de la restauration non scolaire (foyer seniors, portage à domicile, personnel…) La N° 14 concernant les tarifs des séjours, colonies et week-end familles. Le débat sur ces nouvelles tarifications, a permis au responsable du groupe de droite De Pietro comme à son habitude de jouer un double jeu. Jetant une larme à Gignac dès qu’une augmentation de tarif se présente, déplorant le vote d’une baisse d’impôts « insuffisante », votant à deux mains à la communauté urbaine MPM, les hausses d’impôts nous affectant (jusqu’à PLUS 206 % sur la Taxe Foncière)…

Evidemment, dans le compte rendu qu’il en fait, il oublie de dire l’intervention, ne lui en déplaise, que je fais au nom de mon groupe qui EXISTE en tant que tel avec les 7 élu-e-s qui y appartiennent.

Toute augmentation de tarifs, dans le contexte que nous connaissons est bien évidemment insupportable pour les plus démunis, y compris pour les couches moyennes. Surtout en période de blocage des salaires et pensions ! Cependant la responsabilité en incombe à qui ? Au gouvernement Valls et à son Président Hollande qui loin de s’attaquer «à son ennemi, la finance », jugée en son temps, coupable de tous les maux, fait payer les pauvres plutôt que les riches. C’est ainsi que les 50 milliards d’économie du plan d’austérité, avec ses 11 milliards d’euros s’ajoutant au 1,5 milliard déjà récupéré, cela fait prés de 28 milliards EN MOINS POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES. Quand on y rajoute les ponctions opérées sur la diminution des dotations aux communes par répercussion, La baisse de la dotation de l’Etat, c’est pour Gignac, MOINS 500 000 € en 4 ans, auxquels s’ajoutent 146 000 € de pénalités de la loi SRU (logements sociaux), les 250 000 € sur les rythmes scolaires, etc… On comprend pourquoi les augmentations se font par ricochet des décisions gouvernementales.

Ces augmentations, appliquées désormais sur 7 tarifications au lieu de 4, sur la base du quotient familial, demeurent les plus justes possibles, les tarifs les plus bas ne bougeant pratiquement pas… Mais s’il est regrettable qu’une commune, pour éviter son étranglement financier, soit obligée en période de crise, d’augmenter ses tarifs, la responsabilité politique que tente d’ignorer la droite et l’extrême droite, est nationale. D'ailleurs, le FN ne semblait curieusement pas être au courant de ce que font les municipalités FN en ce moment. L’exemple du Pontet, que j’ai cité, où le maire FN Joris Hébrard, qui vient de décider la suppression de la gratuité des cantines pour les plus démunis fin juin, n’a pas surpris notre FN local…

Si de fait, le tarif repas du foyer passe de 5 € à 6,50 €, le repas porté à domicile à 8 €, à partir de septembre, alors qu’il n’avait pas bougé depuis plusieurs années, le montant du repas « tarif social » pris au foyer ou porté à domicile, reste à 1 euro.

A constater, le double comportement des élu-e-s de droite –UMP et du FN qui votent CONTRE les tarifs pour le 3 ème âge et se sont ABSTENUS pour la hausse de la tarification (cantine, garderie, centre aéré et stages) des enfants lors du conseil du 17 avril 2014 qu’ils comprenaient alors !

A noter que la restauration scolaire et extra scolaire est gérée en REGIE MUNICIPALE, avec du personnel municipal qualifié et une restauration de qualité, tout le contraire de la gestion calamiteuse des cantines marseillaises par exemple où nous savons « tout le bien » des cantines gérées par les actionnaires privés…

Les autres délibérations n’ont pas donné lieu à débat, même s’il est surprenant de constater que le conseiller communautaire De Pietro, concernant le SMITEEB (Bus de L’Etang), s’est étonné de l’absence de la commune parmi les élus désignés… par la CUMPM. Devant mon interpellation lui demandant pourquoi il n’avait pas postulé, il a répondu « qu’il croyait que la commune y était représentée ». Quelle méconnaissance ! Et dire qu’il voulait être maire !

Même ignorance constatée du côté du FN concernant le SMED (Syndicat Mixte de l’Energie), sur son fonctionnement, s’interrogeant y compris sur l’adhésion de la commune…

Les dénominations des noms de rues et autre demande de subvention concernant la future pelouse synthétique du complexe sportif, n’ont pas donné lieu à débat. Mis à part, la N° 25, qui concerne à nouveau la vente du terrain du quartier de la Mousseline (terrain de la Météo). Là il s’agit de reprendre la vente au point de départ, le maire indiquant que la responsabilité est partagée, concluant sur le fait que « c’est au vendeur de vérifier son terrain pour la régularisation de la vente », en l’occurrence le vendeur c’est … l’Etat.

Les gignacaises et gignacais pourront vérifier les comptes rendus exacts des conseils municipaux sur le site de la ville ou en mairie. Ils verront que le comportement des élu-e-s Gignac J’y Vis est conforme à leurs écrits.

Alain CROCE

Adjoint au maire

Président du groupe Gignac J’y Vis

 

La Provence du 18 juillet 2014 :

LA PROVENCE 18 JUILLET 2014 CONSEIL MUNICIPAL DU 16 JUILLET 2014.png

 

19:16 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

13 juillet 2014

FESTIVITES DU 14 JUILLET 2014 A GIGNAC LA NERTHE.

Cette année, attention le feu d'artifice traditionnellement tiré le 13 juillet est, pour cause de finale de la Coupe du Monde ce soir, reporté au 14 JUILLET.

Une rectification à l'article de La Provence : c'est la chanteuse gignacaise Edith Darasse qui œuvrera pour la cérémonie officielle de 11 H 00 place de la mairie. La restauration sur place (grillades...) assurée par l'OCLG se fera à partir de 19 H 30.

VENEZ NOMBREUX !

La Provence 13 juiller 2014.png

11:26 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

09 juillet 2014

ADSL GIGNAC. L'AUGMENTATION DU DÉBIT ATTENDU EN JUILLET DIFFÉRÉ A MI-SEPTEMBRE.

Le 3 juillet, la municipalité avait convié les responsables d'Orange, à venir faire le point sur la commune des travaux opérés afin de basculer les quelques 1650 foyers qui étaient branchés sur le répartiteur de Marignane vers celui de Gignac. Les responsables de Bouygues sont également enfin venus à cette réunion, compte tenu des problèmes rencontrés par leurs clients Bouygues de Gignac...

Cette réunion, à laquelle participaient des élus, le CIQ de Laure, des responsables du collectif ADSL ainsi que le référent informatique de la commune, a permis à Orange de communiquer sur les aléas rencontrés pour opérer la bascule dans les délais programmés.

SFR a demandé  à Orange, de reporter de 10 semaines la mise en route de ceux dont le basculement était prévu le 24 juin. Bouygues, est le seul opérateur qui n'a pas acté avec Orange la prise en compte de ses 130 abonnés gignacais. Ce qui s'est traduit par la coupure totale de 30 de ses abonnés en avril auxquels s'ajoutent les 100 prévus en juillet si Orange procède au basculement. Ils vont quant à eux prévenir (enfin) leurs abonnés qui devront être rapatriés soit vers SFR, soit vers Axion pour ceux qui le souhaitent, tout en restant... Bouygues !

Au nom de la municipalité, j'ai demandé à Orange de ne plus accorder de délai supplémentaire aux autres opérateurs au-delà de ce report de 10 semaines. En effet, la loi sur la concurrence européenne oblige Orange à ne pas, pendant un an, intervenir sur le réseau. Cela a été décidé en avril 2013. De nombreux gignacais attendent depuis, la montée en débit de l'ADSL. Le délai d'un an étant passé, SFR et notamment Bouygues ne l'ont pas mis à profit pour régulariser leurs abonnés.

Aux alentours de la mi-septembre, le basculement total devrait donc s'effectuer. Nous sommes heureusement, restés vigilants sur ce dossier que nous avons suivi avec Orange. En octobre, il a été convenu de communiquer et de faire le point avec Orange en réunion publique.

 

Alain CROCE

Adjoint au maire

En charge du suivi avec le collectif ADSL Gignac.

 

ADSL 3 juillet 2014 A.jpg

 

ADSL 3 juillet 2014 B.jpg

 

ADSL 3 juillet 2014.jpg

 

 

23:03 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (2) | Lien permanent |  Facebook |

04 juillet 2014

GIGNAC. MISE AU POINT AU CONSEIL MUNICIPAL DU SAMEDI 28 JUIN 2014.

 

Un conseil municipal qui s'est tenu avec peu de délibérations ce samedi 28 juin. L'essentiel étant des demandes de subventions. La Provence ci--dessous en a rendu compte sauf sur deux points soulevés en début de séance.

 

Tout d'abord, le premier adjoint Robert De Vita, qui a fait l'objet pendant 5 années d'une campagne calomnieuse et haineuse de la part de la droite - UMP, des dissidents de tous bords, a tenu à faire une mise au point de manière publique, regrettable que le journaliste n'en a pas rendu compte. Lors d'un récent conseil municipal, M. De Pietro élu de droite d'opposition, avait demandé en début de séance à M. le maire de faire sortir M. De Vita, mis en examen dans une affaire connexe, sans que les juges ne se soient prononcés. La justice a fini par donner raison à M. De Vita en le relaxant. Sauf que la présomption d'innocence importait alors peu à M. De Pietro, se voulant juge avant que la justice ne se prononce.

 

Le premier adjoint a donc fait la mise au point qui s'imposait, rappelant à plus de tenue M. De Pietro, surtout lorsque cela concerne aussi des familles vivant mal une telle exposition médiatique où l'amalgame est vite fait de situations totalement différentes ...

 

Que va dire M. De Pietro de la nouvelle mise en examen, après sa garde à vue, de l'ancien président de La République, leader de l'UMP ? Va-t-il, sans attendre son jugement, le déclarer coupable ?

 

Ensuite le même élu, a demandé sans aucun état d'âme, estimant qu'il n'avait pas assez de place dans sa tribune du journal municipal Lou Vivournet, qu'il fallait supprimer la tribune du groupe Gignac J'y Vis, puisqu'il considérait qu'il n'y avait qu'un groupe dans la majorité.

 

Mal lui en pris, le président du groupe Gignac J'y Vis, répliqua qu'une juste répartition avait été faite pour les 4 groupes dans la même proportion à chacun, alors que proportionnellement au nombre d'élus, il pourrait avoir largement moins de place (3 élus de droite, 7 élus Gignac J'y Vis !) En fait M. De Pietro voulait supprimer purement et simplement l'expression du groupe Gignac J'Y Vis (communistes et société civile). Il l'avouait implicitement en disant : "pourquoi pas une tribune UMP ? " Belle leçon de démocrat...ouille pour un "sans étiquette" passé "divers droite", puis soutien de l'UMP !

 

Ces deux points oubliés (dommage) par La Provence, les délibérations étaient adoptées à une large majorité du conseil municipal où un seul élu FN sur 3 était présent.

 

Alain CROCE

 

Adjoint au maire

Président du groupe Gignac J'y Vis

LA PROVENCE 2 JUILLET 2014 DERNIER CM.png

08:00 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

28 juin 2014

Retrait de l’ordre du jour du Sénat de la réforme territoriale.

Le gouvernement doit respecter l’esprit et la lettre de la Constitution

Retrait de l’ordre du jour du Sénat de la réforme territoriale

Par le groupe CRC (Communiste, Républicain, Citoyen)/ 26 juin 2014

Réunie le mardi 26 juin en application de l’article 39, quatrième alinéa, de la Constitution et de l’article 29, cinquième alinéa, du Règlement du Sénat, la Conférence des Présidents a constaté la méconnaissance des règles fixées par la loi organique n° 2009-403 du 15 avril 2009 relative à l’application des articles 34-1, 39 et 44 de la Constitution, pour la présentation du projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral.

En conséquence, ce projet de loi a été retiré de l’ordre du jour des mardi 1er, mercredi 2, jeudi 3 et vendredi 4 juillet prochains et le Conseil constitutionnel a été saisi

Les sénateurs du groupe communiste républicain et citoyen ont demandé à la Conférence des présidents de statuer sur le respect par le gouvernement des règles constitutionnelles de présentation du projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. La Constitution, dans son alinéa 3, fonde ces règles qui sont explicitées par les articles 7, 8, 9, 10 et 11 de la loi organique du 15 avril 2009. L’article 8 précise que l’étude d’impact qui doit obligatoirement accompagner un projet de loi doit comprendre un certain nombre d’éléments et de documents.

Cet article indique que ces éléments doivent être exposés « avec précision ». Le groupe CRC pense que non seulement deux points ne sont pas analysés mais sont même complètement absents de l’étude.

Il s’agit, d’une part, de « l’évaluation des conséquences des dispositions envisagées sur l’emploi public » et, d’autre part, « les consultations qui ont été menées avant la saisine du Conseil d’Etat ».

Ils notent par ailleurs que « l’évaluation des conséquences économiques financières, sociales et environnementales, ainsi que des coûts et bénéfices financiers envisagés pour chaque catégorie d’administration publique ne sont pas abordées en dehors de deux ou trois mots qui n’apportent rien à la réflexion.

Les sénateurs du groupe CRC ont engagé cette procédure pour souligner la précipitation extrême des débats et souligner l’absence de débat citoyen. Il reste maintenant, comme le prévoit la loi organique, au Conseil Constitutionnel à statuer dans un délai de huit jours pour se prononcer sur la validité du projet de loi.

Ils notent que le rejet du texte par la Commission spéciale du Sénat ce jour, souligne la nécessité d’élaborer une autre réforme territoriale, démocratique, respectueuse des territoires et sociale.

 

07:59 Écrit par poutargue dans Alain a écrit, localité, National | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |